L’armée congolaise visée par les milices dans les deux Kivus en RDC

0
53

Dans le Sud-Kivu, le convoi du commandant des opérations militaires, le général Philémon Yav, a été pris dans une embuscade tendue par la milice Yakutumba dans le territoire de Fizi, vers le lac Tanganyika jeudi soir, selon une source militaire.

>> Lire aussi : Un général déserteur donne 45 jours à Kabila avant de « le chasser du pouvoir »

Un soldat au moins a été tué et trois autres blessés, selon cette source.

Mardi dans le Sud-Kivu, des milices ont pris en otage deux agents de la puissante Agence nationale de renseignements (ANR), a indiqué à l’AFP un officier de l’armée. Un des deux agents a réussi à s’échapper.

>> Lire aussi : Mouvements de colère contre l’insécurité dans l’est de la RDC

Au Nord-Kivu, deux positions de l’armée ont été attaquées vendredi par de présumés rebelles ougandais musulmans des ADF (Allied Democratic Forces) près de la frontière ougandaise.

« Les combats sont en cours », a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’armée dans la région, le capitaine Mak Hazukay. Selon l’officier, quatre rebelles ont été tués.

>> Lire aussi : Trois morts dans une offensive des rebelles ougandais repoussée en RDC

Une source militaire ayant requis l’anonymat fait état de « cinq morts » parmi les soldats congolais. Une autre fait état « d’un bilan lourd » sans autres précisions.

Lundi, trois militaires congolais avaient été tués dans un raid attribué aux ADF contre Beni, selon un témoin cité par l’AFP.

>> Lire aussi : Un soldat et six miliciens tués près de la frontière ougandaise en RDC

Les ADF sont soupçonnés de la mort de 14 Casques bleus dans un assaut contre la base des Nations unies de Semuliki dans le territoire de Beni.

Samedi dernier, l’armée congolaise avait annoncé une « offensive générale et généralisée » contre les ADF dans la région de Beni.

L’est congolais est déchiré par des conflits armés depuis plus de vingt ans. Des milices locales et étrangères se battent pour le contrôle des zones riches en ressources naturelles.

Les milices congolaises sont appelées « Maï Maï », d’un mot swahili qui désigne une eau dont les miliciens assurent qu’elle leur assure l’invulnérabilité.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here