Décès d’un ancien leader noir collaborateur de l’apartheid en Afrique du Sud

0
30

Lucas Mangope avait été chargé par le régime blanc d’administrer le territoire semi-autonome du Bophuthatswana (nord-ouest de l’Afrique du Sud) de 1977 à 1994, date à laquelle l’apartheid a été officiellement aboli.

« Mangope fait partie de ces personnalités (…) qui ont soutenu la planification sociale de l’apartheid basée sur la division ethnique », a estimé vendredi le Congrès national africain (ANC), le parti actuellement au pouvoir en Afrique du Sud et fer de lance historique de la lutte contre l’apartheid.

Il fut « un fervent opposant du projet de démocratisation de l’Afrique du Sud », a ajouté l’ANC dans un communiqué.

>> Lire aussi : Le pouvoir du président Jacob Zuma ne tient plus qu’à un fil en Afrique du Sud

Pendant le régime raciste d’apartheid, les Noirs étaient non seulement des citoyens de second zone, mais avaient vocation à devenir étrangers dans leur propre pays, pour prendre la nationalité d’un « homeland » ou bantoustan, territoire réservé à leur ethnie.

Le bantoustan du Bophuthatswana était ainsi conçu pour l’ethnie tswana.

Ces « Etats » au découpage territorial fantaisiste n’ont jamais été reconnus par la communauté internationale.

En mars 1994, un mois avant les premières élections démocratiques en Afrique du Sud, Lucas Mangope avait refusé aux citoyens de son enclave de participer au vote.

>> Lire aussi : A l’ombre des déchets miniers, les townships de Johannesburg toussent

S’en étaient suivis plusieurs jours de pillages et de violences dans la ville principale de Mafikeng. Des extrémistes sud-africains blancs étaient alors venus apporter leur soutien à Lucas Mangope.

L’une des images marquantes de la fin de son régime est l’assassinat, devant les caméras, de trois paramilitaires blancs par des soldats du Bophuthatswana.

Une fois l’apartheid aboli, Lucas Mangope avait été reconnu coupable de plus d’une centaine de délits de fraudes et vols, commis pendant ses années au pouvoir.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here