L’Afrique doit investir massivement dans les infrastructures pour se développer (BAD)

0
97

Abidjan, 17 jan 2018 (AFP) – L’Afrique doit investir massivement dans ses infrastructures pour accélérer sa croissance économique, qui devrait rebondir en 2018, estime la Banque africaine de développement (BAD) dans un rapport publié mercredi.

   Le continent doit investir entre 130 et 170 milliards de dollars par an dans ses infrastructures, alors que les investissements n’ont atteint que 62 milliards de dollars en 2016, selon le rapport annuel de la BAD, les Perspectives économiques en Afrique 2018, présenté au siège de la Banque à Abidjan.

   Parmi les besoins prioritaires, la BAD cite l’électricité, l’eau et les transports, mais aussi la santé et l’éducation.

   « L’Afrique doit s’industrialiser pour éliminer la pauvreté et créer des emplois pour les 12 millions de personnes qui intègrent sa population active chaque année. Une des principales raisons de ce retard de l’industrialisation réside dans l’insuffisance du stock d’infrastructures productives », selon le rapport.

   En dépit de ce déficit d’investissement, la croissance devrait rebondir à 3,6% en 2017, contre 2,2% en 2016, puis grimper à 4,1% en 2018 et 2019.

   Cette reprise est « plus rapide que prévue ». Elle est « le reflet d’une conjoncture internationale plus favorable, du rétablissement des prix des matières premières (principalement le pétrole et les métaux), de la demande intérieure soutenue, en partie satisfaite par la substitution des
importations, et des améliorations de la production agricole », explique la BAD.

   L’Afrique de l’Est demeure la sous-région la plus dynamique, avec une croissance estimée à 5,6% en 2017, contre 4,9% en 2016, puis 5,9% en 2018 et 6,1% en 2019.

   La BAD déplore cependant que la croissance de l’emploi ne suive pas la croissance économique, y compris dans les pays les plus dynamiques.

   « Entre 2009 et 2014, la croissance annuelle de l’emploi a augmenté de 3,1% en moyenne », un chiffre « inférieur de 1,4 point à la croissance économique moyenne ». « La croissance lente de l’emploi a surtout affecté les femmes et les jeunes (15-24 ans) », a précisé la BAD.

   « L’Afrique doit développer des industries à forte intensité de main d’oeuvre », comme l’a fait par exemple l’Île Maurice, a plaidé le chef économiste de la BAD, Célestin Monga, lors de la présentation du rapport.

   « L’agriculture doit rester une priorité », a rappelé de son côté le président de la BAD, Akinwumi Adesina, notant que les zones rurales concentrent 70% de la pauvreté sur le continent.

de/pgf/thm

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here