Centrafrique: regain de tensions au quartier musulman de Bangui

0
172

Au moins deux personnes ont été blessées par l’explosion d’une grenade mercredi au quartier musulman de Bangui, lors d’une altercation entre un groupe d’autodéfense et des personnes non identifiées, a-t-on appris de sources concordantes.

« C’est une blessure par éclats de grenades, on voit les éclats de grenade sur les radios », a déclaré à l’AFP un médecin chirurgien du complexe pédiatrique s’occupant d’un enfant blessé, en montrant les radios.

« Des adultes ont été évacués sur l’hôpital communautaire de Bangui » a-t-il ajouté. Sur place, un correspondant de l’AFP a constaté la présence d’au moins un autre blessé par éclats de grenade.

L’attaque à la grenade a été confirmée par l’AFP de source diplomatique occidentale à Bangui.

Contacté par l’AFP, un groupe autoproclamé d' »autodéfense » du PK5, emmené par un chef surnommé « Force », a déclaré avoir été attaqué à la grenade. Le déroulé des événements n’a pu être confirmé de source indépendante.

Une importance colonne de fumée s’échappait du quartier, mercredi aux alentours de midi, et la Mission de l’ONU en Centrafrique (Minusca) a déployé des camions incendies sur les lieux, a constaté un correspondant de l’AFP.

Le quartier du PK5 à Bangui est le quartier musulman de la capitale, dans un pays où les musulmans sont souvent associés à la rébellion de la Séléka qui a renversé le président Bozizé en 2013 et plongé le pays dans la violence. L’ex-rébellion a été expulsée de Bangui en 2014 par une intervention militaire internationale.

Devenu zone de retranchement des dernières populations musulmanes de la ville, le PK5 a souvent été au coeur des tensions dans la capitale centrafricaine.

La situation sécuritaire dans Bangui, îlot de relative stabilité depuis de nombreux mois dans un pays ravagé par les violences des groupes armés, s’est tendue fin 2017.

Début décembre, sept personnes étaient décédées dans des violences entre deux groupes armés d' »autodéfense » du PK5. En novembre, une attaque à la grenade contre un bar du quartier attenant au PK5 et les violences qui avaient suivi avaient fait sept morts et plus de vingt blessés.

Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here