Les grandes dates sur l’enlèvement des lycéennes de Chibok

0
57

>> Lire aussi : « Nous ne reviendrons pas », affirment des lycéennes de Chibok enlevées au Nigeria

L’enlèvement

Le 14 avril 2014, 276 lycéennes âgées de 12 à 17 ans sont enlevées par des hommes armés à Chibok, dans l’Etat de Borno (nord-est), berceau de Boko Haram. 57 parviennent à s’échapper juste après le rapt et 219 restent aux mains de Boko Haram. Les parents dénoncent l’inaction des autorités.

Une campagne internationale intitulée #BringBackOurGirls (« Ramenez-nous nos filles ») est lancée sur les réseaux sociaux.

Le 5 mai, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, revendique dans une vidéo le kidnapping, affirmant que les lycéennes seront traitées en « esclaves », « vendues » et « mariées » de force.

Le 12 mai, le chef du groupe diffuse une nouvelle vidéo d’une centaine de jeunes femmes présentées comme les lycéennes enlevées, affirmant les avoir converties à l’islam et exigeant la libération de prisonniers islamistes en échange des jeunes filles.

‘Preuve de vie’

Le 16 septembre 2015, le nouveau président nigérian, l’ex-général Muhammadu Buhari, élu en mars, déclare envisager un échange de prisonniers de Boko Haram contre les lycéennes.

Fin décembre, il se dit prêt à négocier avec « une direction crédible » de Boko Haram « qui nous confirme que les jeunes filles sont toujours en vie ».

Le 13 avril 2016, Boko Haram envoie une « preuve de vie » avec une vidéo montrant selon CNN une quinzaine de jeunes filles couvertes d’un hijab noir. Elles ont été identifiées comme les lycéennes de Chibok. Le gouvernement aurait reçu auparavant cinq photos d’otages.

Premières libérations

Le 18 mai 2016, pour la première fois, une lycéenne est retrouvée saine et sauve, avec son bébé de 4 mois, par des milices locales et l’armée dans une zone de la forêt de Sambisa (Etat de Borno), connue pour être le bastion du groupe.

Le 13 octobre 2016, 21 des jeunes filles sont libérées après des pourparlers avec Boko Haram, sous la médiation de la Suisse et de la Croix-Rouge.

Deux autres seront retrouvées par l’armée, en novembre 2016 et janvier 2017.

Nouvelles libérations, premier refus

Le 6 mai 2017, 82 lycéennes sont libérées, après plus de trois ans de captivité, en échange de prisonniers de Boko Haram. Le 20 mai, elles reverront leurs parents.

Boko Haram diffuse le 12 mai la vidéo d’une jeune fille affirmant être une des lycéennes de Chibok et ne pas vouloir être libérée. Quelques jours auparavant, la présidence de la République avait indiqué qu’une lycéenne avait refusé d’être libérée en raison de son mariage avec un combattant jihadiste.

Le 4 janvier 2018, l’armée nigériane annonce avoir retrouvé une autre lycéenne.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here