Rare apparition en public d’un dirigeant chiite au Nigeria

0
47

Ibrahim Zakzaky, leader du Islamic Movement of Nigeria (IMN), a été arrêté en décembre 2015 après des affrontements de ses partisans avec l’armée dans la ville de Zaria.

>> Lire aussi : Appel à la libération d’un leader chiite nigérian pour raisons de santé

Il avait perdu la vue de son oeil gauche pendant les deux jours de violences, pendant lesquels les militaires sont accusés d’avoir tué plus de 300 partisans de l’IMN. Des centaines d’autres avaient été arrêtés.

Son avocat et des ONG ont souvent demandé sa libération pour raisons médicales.

Des rumeurs sur sa mort ont circulé pendant la semaine. Mais, samedi, on a pu le voir avec son épouse, Zainab, dans les bureaux de l’agence de renseignement du Nigeria (Department of State Services – DSS).

>> Lire aussi : Rejet de la plainte d’un leader chiite contre l’armée nigériane

Le religieux de 64 ans portait une minerve et marchait avec l’aide d’une canne.

Il a déclaré à des journalistes qu’une accès de la maladie sont il souffre avait été « sévère lundi », mais que les symptômes avaient diminué et qu’il avait été autorisé à voir son médecin pour la première fois. « Je suis en train d’aller mieux », a-t-il ajouté.

L’épouse de Zakzaky pour sa part raconté avoir été dans « des états vraiment pires », avec des balles de l’attaque de décembre 2015 toujours logées dans son corps.

>> Lire aussi : Amnesty appelle à la libération d’un leader chiite au Nigeria

L’avocat du couple avait dit en novembre qu’elle avait énormément souffert et que sa vie était en danger à moins de recevoir des soins rapidement.

Le gouvernement du Nigeria avait refusé un ordre de la justice de libérer le couple.

Zakzaky s’est opposé au gouvernement en raison de ses appels à une révolution islamique semblable à la révolution en Iran.

>> Lire aussi : Un tribunal nigérian ordonne la libération d’un leader chiite

Un responsable du DSS, Nnanna Nnochiri, a déclaré que les rumeurs sur l’état de santé de Zakzaky étaient « infondées » et que des gens voulant « fomenter des troubles » les faisaient circuler. « L’homme est vivant, sur ses pieds, il est frais et gaillard, il est debout et fait des choses ».

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here