Centrafrique : la MINUSCA avoue avoir contenu les pertes humaines à Paoua

0
117

La présence de Casques bleus dans la ville centrafricaine de Paoua (nord-ouest) a permis de contenir la situation sécuritaire et limiter la mort de civils innocents, a dit le porte-parole de la mission onusienne en Centrafrique (MINUSCA), Vladimir Monteiro, mercredi.

Lors d’un point de presse de la MINUSCA, il a rappelé la visite du représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies, Kenneth Gluck, aux côtés de la ministre centrafricaine de la Défense, Marie Noëlle Koyara, à Paoua vendredi dernier, dans le but d’évaluer la situation sécuritaire dans la localité.

Le porte-parole de la Force de la MINUSCA, le lieutenant-colonel Côme Ndayiragije, a pour sa part indiqué que « de nombreux déplacés ont cherché refuge autour de la base de la MINUSCA, et les soldats de la paix effectuent actuellement des patrouilles pour les sécuriser ».

M. Monteiro a condamné à cette occasion « les violences injustifiées causées à la fois par les éléments armés du groupe Révolution et Justice (RJ) de Sayo et ceux de l’ex-Séléka sous le contrôle de Hamat Bahar ».

Au-delà de l’intervention des Casques bleus à Paoua, il a aussi présenté l’opération-pilote du désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), lancé par le chef de l’Etat centrafricain Faustin-Archange Touadéra le 30 août dernier et qui a pris fin en décembre dernier.

M. Monteiro a parlé de 439 ex-combattants désarmés et démobilisés, dont 240 ont été retenus pour l’intégration dans les forces armées centrafricaines (FACA).

Durant cette opération, a-t-il poursuivi, 360 armes, 5.220 munitions et 376 explosifs ont été collectés. F

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here