Julius Ayuk Tabe, leader de l’Ambazonie, arrêté au Nigeria

0
139

Julius Ayuk Tabe est le président autoproclamé de l’Ambazonie ou Ambazonia, qui fait référence aux deux zones anglophones du Cameroun.

Il a été interpellé au Nigeria en compagnie d’autres chef de file de la sécession au cours d’une réunion à Abuja à Neha Hôtel.

Mark Bareta, l’un des activistes de la cause anglophone confirme cette information sur son compte Twitter.

Des indiscrétions parlent de leur probable extradition au Cameroun dans les prochaines heures.

Selon un communiqué du « Council government » de l’Ambazonie mis en ligne vers 23 heures TU, une réunion était programmée dans un hôtel, à Abuja le 6 janvier 2018 à 17 heures, heure locale, la première rencontre des leaders en cette nouvelle année.

C’était une réunion de travail avec ses plus proches collaborateurs. Ceux qui qui forment le noyaux dur du mouvement sécessionniste.

Le chairman du SCNC, leader de ce mouvement né en décembre 1999, était également présent.

Les militaires camerounais étaient déjà sur place depuis quelques jours dans le pays et attendaient cette occasion.

Selon toute vraisemblance ces arrestations ont eu lieu avec l’accord du gouvernement du Nigéria et les militaires camerounais ont pris la direction du Cameroun, sous escorte de l’armée nigériane.

Actuellement, du côté de Yaoundé, aucune information n’a filtré sur le lieu où se trouvent le leader de l’Ambazonie et ses collaborateurs arrêtés. Mais ces personnes pourraient bien être déjà à Yaoundé, détenues par les services secrets.

Leur arrestation a surtout été l’oeuvre des services de renseignements nigérians depuis l’accord de Buhari qui a envoyé un émissaire à Yaoundé pour rassurer Paul Biya, il y a quelques mois, et assurer qu’il ne reconnaissait pas l’Ambazonie, tout comme le Royaume-uni.

Huit autres membres clés du mouvement – Dr Fidelis Ndeh Djeh, Pr Awasun, Dr Henry Kime, Dr Konelus Kwangas, Dr Tassang Wilfrieg, Dr Foh Gallafor, Baristar Eyambe Elias, Dr. Fontem, Dr. Ojong Okwongo, Baristar Nallovah Bi​- ont été arrêtés avec le président Julius Ayuk Tabe​.

Ces intellectuels avaient planifié la création d’une république, bénéficiant du soutien financier de la puissante diaspora anglophone en Occident.

Suite à ces arrestations, les activistes ont répondu par l’annonce d’un mouvement ville-morte pendant trois jours sur les zones anglophones.

Emmanuel Jules Ntap, correspondant à Yaoundé

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here