Au Sénégal, « N’Gor la belle » pleure France Gall

0
90

Sur l’île, qui s’orthographie également Ngor, des vigiles empêchaient de s’approcher de la modeste demeure d’un étage aux murs jaune clair de la chanteuse décédée dimanche matin, a rapporté un vidéaste de l’AFP.

Les ruelles de N’Gor, îlot de tranquillité face à l’océan Atlantique prisé par les surfeurs, étaient pratiquement vides par cette journée fraîche et venteuse.

Emilie, une touriste italienne, pour qui France Gall « était tout » s’y est tout de même rendue. Elle explique s’être sentie « déboussolée » à l’annonce de son décès d’une récidive d’un cancer.

Abdoulaye Diallo, artiste-peintre qui tient une galerie d’art sur l’île, connaissait celle qui, dans la chanson « Babacar », évoquait la détresse et la pauvreté d’une mère sénégalaise et de son fils qu’elle avait rencontrés.

« Elle était d’une générosité extraordinaire et très discrète. C’était la première à participer pour faire avancer l’île et pour participer aux actions caritatives », se souvient-il.

Sur la terre ferme, sur la corniche des Almadies, le cabanon-crêperie-restaurant que possédait France Gall, le Noflaye Beach, n’a pas ouvert dimanche.

« Pour cause de décès de France Gall, le restaurant est fermé pour deux jours », indique une affiche.

A travers la porte de l’établissement, situé en bord de mer, le gérant, visiblement ému, refuse de parler aux journalistes. « C’est trop douloureux », lâche-t-il simplement.

Le président français Emmanuel Macron a présenté dimanche ses condoléances à la famille de la chanteuse, mais aussi aux habitants de Ngor.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here