Centrafrique : Le gouvernement évoque les questions de l’embargo avec le comité de sanction

0
137

BANGUI, 6 Janvier 2018(RJDH)—Le gouvernement centrafricain a évoqué avec le comité de sanction les questions liées aux dérogations ayant abouti aux mesures d’allègement prises après la mise en œuvre de l’embargo et la fourniture d’arme en destination du pays. Une position soutenue par le France et bien d’autre Etats lors de la vidéo-conférence de Marie-Noëlle Koyara, ministre de la Défense nationale avec Vladimir Yeltchnko au siège de la Minusca à Bangui.

Deux faits majeurs marquent le contexte de cette vidéo conférence qui intervient peu après l’annonce de la Russie de donner à la République Centrafricaine des armes après 4 ans d’embargo sur les armes à la destination de ce pays. Le deuxième élément est celui de la conclusion du comité de sanction attendue pour ce mois de janvier 2018 sur la prorogation ou non des mesures et ou la levée totale de l’embargo sur les armes.

Pour le gouvernement centrafricain, l’allègement a apporté une bouffée d’oxygène permettant à l’armée de jouer son rôle régalien. « Ces mesures dérogatoires ont abouti à la rétrocession à la RCA des armes et autres équipements retenus au Cameroun à partir de 2013 et à la décision de la Russie de fournir des armes à notre pays » peut-on lire dans le bulletin du département de la Défense nationale.

Dans son approche, la ministre de la Défense se dit satisfaite de l’action de l’EUTM-RCA. « Les premiers résultats de cette mission qui a permis de former deux compagnies de FACA et de vérifier les éléments des forces spéciales formés récemment en  Guinée Equatoriale, l’action de l’UNMAS qui ayant permis la  réhabilitation et la construction de  locaux destinés au stockage d’armes et de munitions ainsi qu’à la formation d’armuriers… », a-t-elle évoqué.

Dans un rapport de la Minusca en 2017, elle a documenté que les armes circulent et que les pays voisins de la RCA seraient impliqués dans l’approvisionnement en arme des forces non conventionnelles. L’implication de la France et des USA au côté du pays est une note d’espoir pour le gouvernement centrafricain qui n’attendent que la levée totale de l’embargo.

Source : RDJH

RDJH

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here