Une soixantaine de commerçants tchadiens interpellés pour le « coup d’Etat » en Guinée équatoriale

0
94

Les commerçants tchadiens « étaient 55 détenus hier (mercredi) à Malabo, 9 à Momgomo, et d’autres à Ebebyin », a déclaré à l’AFP Paul Nahari Nguaryanan, ambassadeur du Tchad en Guinée équatoriale.

>> Lire aussi : Obiang Nguema, une présidence sans partage en Guinée équatoriale

Selon une source au ministère des Affaires étrangères tchadien, « une partie » des commerçants tchadiens ont été libérés jeudi, après audience du ministre tchadien des Affaires étrangères, Mahamat Zen Cherif, avec le président Teodoro Obiang Nguema mercredi soir à Malabo.

Mercredi, la Guinée a annoncé avoir déjoué un « coup d’Etat ». Selon un communiqué officiel, un groupe de mercenaires étrangers -en majorité tchadiens, mais aussi soudanais et centrafricains- à la solde de partis de l’opposition radicale, ont voulu le 24 décembre « attaquer le chef de l’Etat ». Ils ont été arrêtés le 27 décembre au Cameroun, non loin de la localité d’Ebebyin à la frontière camerounaise, selon des sources camerounaises.

Dans cette même ville, l’ambassadeur de Guinée équatoriale au Tchad, Enrique Nsue Anguesom, en villégiature pour les fêtes de fin d’année, a été interpellé le 30, selon un de ses cousins et un responsable policier. L’information n’a pas été confirmée de source officielle.

Fin décembre, un Tchadien, Mahamat Kodo Bani, présenté comme le « cerveau » de l’opération, a été arrêté à Douala (Cameroun), a appris l’AFP jeudi de sources concordantes.

>> Lire aussi : Le « coup d’Etat » déjoué en Guinée équatoriale est une « menace sérieuse » selon le chef de la diplomatie tchadienne

L’homme est présenté comme un ex-général, ancien membre de la sécurité présidentielle tchadienne par une source sécuritaire camerounaise, mais un proche du ministère de la Défense tchadien a affirmé à l’AFP qu’il n’était ni général ni ex-membre de la sécurité présidentielle.

En visite à Malabo mercredi, le ministre des Affaires étrangères tchadien a déclaré que cette tentative de « coup d’Etat » est une « menace sérieuse de déstabilisation qui concerne toute la sous-région d’Afrique centrale ».

Mercredi, Malabo a annoncé que des affrontements ont eu lieu dans les forêts environnantes d’Ebibeyin entre l’armée et des « mercenaires », faisant un mort parmi ces derniers.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here