Un réfugié soudanais du camp de Pladama-Ouaka ne rentrera qu’après avoir vendu ses machines

0
58

Bambari- Abdalah Tidjani Souleymane, un réfugié soudanais du camp de Pladama-Ouaka spécialisé dans la production de l’huile d’arachide et de la poudre de céréales, a promis, lors d’une interview mardi 2 janvier 2018, à Bambari, qu’il rentrera dans son pays d’origine après avoir vendu ses machines.

« En arrivant sur le camp de Pladama Ouaka, j’étais cultivateur, mais je faisais également du commerce. Avec l’argent obtenu, je me suis rendu au Soudan pour acheter des machines afin de produire l’huile et la farine de céréales », explique-t-il.

S’agissant de la matière première, Tidjani s’approvisionnait en arachide, sésame, maïs, mil, sorgho, auprès des paysans, etc. Il revend ses produits semi-finis sur place au marché de Bambari.

Sa petite unité de production a offert de l’emploi tant à ses compatriotes réfugiés qu’aux villageois vivant proche du camp de Pladama-Ouaka.

En attendant, Abdalah Tidjani Souleymane, qui fait figure de grand opérateur économique, entend liquider sa petite unité de production avant de rentrer dans son pays d’origine. Or, trouver un preneur est une autre paire de manches.

Alain-Patrick Mamadou

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here