Centrafrique : des fonctionnaires s’évanouissent devant le Trésor public en attendant le paiement des arriérés

0
59

BANGUI – En Centrafrique, des fonctionnaires et agents de l’Etat, non-habitués à la chaleur torride de ce début de saison sèche, se sont évanouis devant le siège du ministère centrafricain des Finances, en attendant le paiement des arriérés de salaires de novembre et décembre 2013, a constaté Xinhua sur place jeudi et vendredi.

Face à cette situation, un service de secours d’urgence a été mis en place dans le but de procéder à l’évacuation des victimes vers les centres de santé les plus proches.

Voulant tout faire pour exécuter l’ordre du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra, concernant le paiement des arriérés avant la fin de cette année, les autorités du ministère des Finances ont exigé de nombreuses pièces supplémentaires des fonctionnaires et agents de l’Etat.

Il s’agit notamment de la copie d’une pièce d’identité, les copies des bulletins de solde d’un mois quelconque de 2013 et de novembre 2017, le coupon de la perception du dernier salaire de 2017 ou la copie d’une carte magnétique et le relevé d’identité bancaire portant clairement le numéro du compte du bénéficiaire.

Ainsi, des fonctionnaires et agents de l’Etat se sont retrouvés devant le Trésor public pour justifier leur existence. Comme rien n’avait été prévu pour accueillir un tel monde, et qu’il n’y a pas d’arbres devant le Trésor pour faire de l’ombre, ces fonctionnaires et agents de l’Etat ont été exposés, des heures durant, au soleil, d’où les cas d’écroulement et d’évanouissement.

Certains fonctionnaires et agents de l’Etat soupçonnent une manœuvre visant à repousser le paiement de ces arriérés de 2013. En octobre et novembre dernier, le ministère des Finances leur avait demandé de se présenter aux guichets du Trésor public avec la copie de leur bulletin de solde de 2013 et leur relevé bancaire. D’autres font remarquer que les bulletins de solde comportent les numéros matricules de chacun, ainsi que les numéros de compte.

Depuis que le président déchu François Bozizé a ordonné la bancarisation des fonctionnaires et agents de l’Etat, toutes les informations exigées pour déterminer un bénéficiaire sont contenues dans une disquette produite par l’Office national de l’informatique (ONI).

Pour défendre la démarche gouvernementale, le directeur de cabinet du ministère des Finances, Jacob-Désiré Ngaya, a dit vouloir garantir que ces arriérés aillent dans les bonnes mains.

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here