Psychose dans le village nigérien de Petelkole six mois après une attaque

0
51

C’est l’un des derniers signes visibles qui rappellent l’attaque du 27 mai 2017 sur ce poste de contrôle frontalier.

>> Lire aussi : Deux morts et deux blessés dans des attaques au Burkina Faso

Toutes les activités ont repris mais beaucoup prennent des précautions. Notamment, chez les boutiquiers des abords du poste.

« J’avais l’habitude de passer la nuit ici, mais depuis l’attaque je ferme tous les jours à 17h. Le commerce ne marche pas comme avant,  » confie à VOA Afrique Ousseini Oumarou, boutiquier au poste de police de Petelkole.

Les habitudes des habitants du village de Petelkole ont aussi beaucoup changé depuis cette attaque.

« Nous avons peur. Tout s’arrête ici après la prière du soir », affirme Hamssatou Amadou est une habitante de Petelkole.

« Dès que la nuit tombe, chacun s’enferme dans sa maison. Même les enfants ne sortent pas pour jouer », Hadiza Amadou, une autre habitante du village.
« Je suis soudeur ici mais depuis l’attaque, j’ai transporté toute ma famille à Tera. Je viens seulement la journée pour travailler », ajoute un autre, Moussa Hamadou.
Abdoul-Razak Idrissa, correspondant au Niger.

Avec AFP

Source : VOAAfrique

VOAAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here