Le ministre Flavien Mbata pris en flagrant délit de falsification de la liste des lauréats au concours des OPJ de la CPS

0
91

Depuis quelques jours, une bien sale affaire au sommet de l’Etat défraie la chronique à Bangui, dans les bureaux, les ambassades, les Etats-majors des partis politiques. L’homme de la rue en parle ; les médias nationaux ont consacré leurs unes à cette affaire. Plus récemment, RFI et Jeune Afrique sont entrés dans la danse. Mais de quoi s’agit-il ?

Flavien MBATA, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, magistrat de profession, appartenant l’ethnie Gbakamandja, donc vrai parent du Président Faustin Archange TOUADERA, a falsifié de sa propre main la liste des lauréats au concours des Officiers de Police Judiciaire (OPJ) auprès de la Cour Pénale Spéciale (CPS). Au vu de la liste arrêtée par la Commission d’organisation du concours des OPJ, les chefs de file du « gbakamandja power » dont Piri, Mbata et autres se sont concertés et ont estimé que le OPJ retenus étaient à 90 % de l’ethnie yakoma. Là, ils décident de modifier la liste à leur niveau pour y introduire des noms gbakamandja. La liste est modifiée par le Ministre MBATA et le Président TOUADERA signe le décret. Les lauréats recalés expriment leur mécontentement et répandent la nouvelle. Au lieu de tenir compte des revendications de ces derniers, TOUADERA et MBATA organisent quand même la prestation de serment.
Du coup, la communauté internationale principalement les Etats-Unis, la France et même la MINUSCA sont en colère contre le gouvernement et le Président Faustin Archange TOUADERA. La formation des OPJ de la Cour Pénale Spéciale (CPS) qui devait commencer le lundi 20 novembre a été bloquée du fait du courroux des partenaires financiers de la CPS.
Aujourd’hui, les OPJ qui ont été recalés injustement n’en démordent pas et exigent d’être rétablis dans leurs droits. Or, les faux OPJ ou « OPJ gbakamanja » ont déjà prêté serment. Que faire alors ?
Le Ministre Flavien MBATA, grand faussaire et grand délinquant au sommet de l’Etat, doit démissionner sans délai ou doit être limogé sans délai. Il est devenu indigne de la fonction de ministre. Un Ministre de la Justice qui se rend coupable de falsification d’un acte officiel, pris par une commission ne doit plus rester au gouvernement. C’est un acte de délinquance qui déshonore SARANDI et TOUADERA.
Mais le couple TOUADERA et SARANDJI, marié pour le meilleur et pour le pire, a déjà prouvé dans un passé récent qu’il ne faut pas compter sur eux pour mener une politique de rupture et de moralité publique. Qui ne se souvient pas de la scandaleuse affaire sextape du Ministre de Mines Léopold MBOLI FATRANE. Non seulement le couple TOUADERA et SARANDJI avait usé des moyens de l’Etat et de l’argent pour taire les journalistes de Bangui. Ensuite, MBOLI FATRANE a été autorisé à se rendre en catimini en France y rester un mois et se faire oublier le temps que l’affaire soit étouffée. On a même été surpris que MBOLI FATRANE soit maintenu au Gouvernement lors du dernier remaniement de septembre 2017.
Quant aux soi-disant députés, ils sont complices de tout cela. Ils ne pensent qu’à leurs privilèges, voyages et missions. Ils sont corrompus, mous et des poltrons incapables d’inquiéter le gouvernement. Normalement, c’est les Députés qui doivent exiger la démission de Flavien MBATA. Depuis leur élection, ils ont déjà prouvé qu’il ne faut rien attendre d’eux.
Heureusement pour les centrafricains que 2021 n’est plus loin….

Source : abangui

abangui

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here