Centrafrique : Mankeur Ndiaye de la Minusca confirme la violation constante de l’Accord de paix par les terroriste-rebelles

0
45
RCA:


Bangui, le 24 juin 19

Le représentant spécial de l’ONU en RCA et Chef de la Minusca Mankeur Ndiaye a présenté, jeudi 20 juin 2019, la situation politico-sécuritaire du pays au Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour la première fois après sa nomination, le patron de la Minusca a dressé un constat très mitigé concernant le non-respect par les groupes rebelles, de l’Accord politique de paix et de la réconciliation, signé le 06 février dernier.

Comme la presse centrafricaine ne cesse de décrier à  chaque fois, Mankeur Ndiaye, quatre mois après la signature de cet Accord, confirme que ce sont les groupes armés qui violent constamment ledit Accord qui peine à  se transformer en acte concret dans le pays. Avec la présentation de cette situation, le chef de la Minusca n’a pas passé par mille chemins pour pointer du doigt les terroristes Issa Bi Souleymane alias Sidiki, Ali Darassa et Abdoulaye Miskine qui font couler du sang des pauvres innocents.

Dans sa lecture de la chose, Mankeur Ndiaye n’a pas manqué de souligner que le gouvernement centrafricain de sa part, a fait preuve de l’application de cet Accord par la mise en place d’un gouvernement inclusif, d’une unité spéciale mixte de sécurité opérationnelle (USMS) et le comité de suivi dudit Accord. Le patron de la Minusca a reconnu que les groupes armés sont des vrais récalcitrants qui démontrent toujours qu’ils sont engagés pour la déstabilisation du pays.

Dans ce cas de figure, la Minusca par la voix de chef a totalisé plus de 50 à  70 violations de cet Accord de paix par les groupes armés et ceci, chaque semaine. Les criminels Sidiki et Ali Darassa en sont les véritables auteurs de massacres des populations et foulent au pied et les dispositions visant à  stabiliser le pays.

Ces comportements terroristes affichés par ces groupes armés prouvent à  suffisance qu’ils ne sont pas ni pour la réussite du processus DDRR et le retour définitif de la paix dans le pays. Ce qui est marron dans cette affaire, la Minusca qui est sensée frapper les « violeurs » de cet Accord ne joue pas franc-jeu. La Minusca, garante de cet Accord, ne traduit pas dans les faits, le rôle qui lui incombe conformément aux dispositions de sanction contre ces sanguinaires qui s’entêtent.

Si la Minusca reconnait qu’elle a péché quelque, ce n’est pas du tout étonnant ! Les tueries enregistrées par-ci et là  ne sont jamais corrigées et nous décrions cela tous les jours. Les barrières illégales érigées vers Bambari, Alindao, Kouango, Ippy, Bria, Mala, Dékoa, Bocaranga, Koui, Paoua, les rackets et autres bavures de ces chiens acharnés font leur bonhomme de chemin.

Si Mankeur Ndiaye vient de donner une lettre de noblesse au gouvernement centrafricain, il est temps qu’il dit à  ses soldats d’appliquer le mandat qui leur a donné. On espère que qu’avec la prise de position de Mankeur Ndiaye, les choses vont changer sur le terrain pour permettre à  ce que le gouvernement centrafricain met son peuple à  l’aise.

Source : ABangui

Laisser un commentaire