Centrafrique : 6 milliards de Fcfa de masse salariale mensuelle et de très fortes tensions de trésorerie

0
126


Des informations ne souffrant généralement d’aucune quelconque contestation de sources très proches du ministère des finances et du budget ont rapporté à  la rédaction que l’Etat centrafricain ou plus exactement le gouvernement Ngrébéda ferait actuellement face à  de très fortes tensions de trésorerie.

En français facile, cela signifie de manière incontestable et incontestée qu’il n’y aurait, à  l’heure où nous traçons les différentes lignes de cet article, aucun sou dans la caisse principale du trésor public pour permettre aux services de la comptabilité d’exécuter les dépenses courantes de la République. C’est ce qui expliquerait tout simplement les nombreux mécontentements des usagers et des multiples et multiformes créanciers du ministère des finances et du budget, marqués par diverses manifestations observées ces derniers temps devant la direction générale de la comptabilité publique et du trésor et le cabinet.

Pour certains experts contactés, les raisons de cette rareté des ressources indispensables à  la prise en charge et aux paiements des dépenses de fonctionnement que sont par exemple les factures dues à  des fournisseurs, les bourses d’études, les frais de vacations, les salaires reversés pour ne citer que ces cas – là , se justifient fondamentalement par la baisse du niveau des recettes douanières, au lendemain des évènements survenus sur le corridor Bangui – Garoua – Boulaï. A cela s’est ajoutée indubitablement la crise de carburants dont les retombées sur les recettes fiscales, en termes de manque à  gagner, n’ont pas été des moindres.Aussi solides que puissent paraître les arguments ci – dessus développés, il n’en demeure pas moins cependant qu’il en faudrait plus à  leurs défenseurs pour convaincre des experts en politique budgétaire et certains observateurs avertis de la vie socio – économique centrafricaine.

En effet, il n’est point besoin que l’on soit ressortissant de l’Université de Havard ou de Cambridge pour comprendre aisément et soutenir brillamment que c’est l’insécurité généralisée et la mal – gouvernance politique, administrative et financière qui constituent les causes profondes des difficultés financières devant lesquelles se retrouve aujourd’hui la République centrafricaine. Les signaux annonciateurs de ces temps difficiles à  venir, à  court et moyen termes, avaient été régulièrement évoqués et dénoncés par des lanceurs d’alerte, des professionnels des médias et certains hommes politiques dès la prise de fonction du président Touadéra et la publication de la composition du gouvernement Sarandji. Une équipe jugée trop pléthorique et trop budgétivore et où étaient appelés à  siéger des hors – statuts, de braves retraités, des braqueurs, des déchets intellectuels et des titulaires de CAP. La politique de la main tendue aux différents groupes armés, adoptée par le gouvernement comme la proposition la plus appropriée à  l’insécurité et au retour de la paix, sera interprétée comme un signe de faiblesses avéré et leur servira de fort belles opportunités pour conquérir plus de territoire, tuer impunément, lever l’impôt, et faire mains basses sur d’importantes zones minières pour les exploiter et en contrôler les ressources. Et la boucle sera définitivement bouclée au lendemain de la signature de l’Accord de Khartoum et après la nomination des représentants des 14 groupes armés à  des hautes fonctions de l’Etat, à  la présidence, dans le gouvernement, à  la primature et dans les entités périphériques.

Toutes ces malheureuses et irresponsables décisions politiques, sur fond de filouterie et de recherche d’intérêts personnels, égoïstes et partisans, suivies par la prise et la promulgation de nombreux actes administratifs ne pouvaient avoir impérativement que des incidences financières et un impact négatif sur la masse salariale et le niveau des crédits qui y sont affectés mensuellement. C’est ainsi que depuis le mois de mars 2019, et ce, en application des termes de ce fameux Accord, cette masse salariale aurait franchi, selon certaines gentilles indiscrétions, le seuil de 6 milliards de Fcfa, alors qu’elle était stagnée à  3,5 milliards de Fcfa, sous le régime du général François, grâce à  l’observation stricte des dispositions de la loi de finances 2006 interdisant la nomination des hors – statuts à  des hautes fonctions de l’Etat et qu’elle avait atteint 4,5 milliards de Fcfa, suite au coup d’état de la séléka.

6 milliards de Fcfa de masse salariale mensuelle, à  un moment où les salaires ne sont plus payés par la communauté internationale, où plus de 85% du territoire national échappent au contrôle de l’autorité centrale et où les divers droits et taxes fiscalo – douaniers, en sus des ressources minières, sont levés et perçus par des groupes armés. Voilà  la situation combien trop embarrassante, conséquence manifeste d’une politique de pilotage à  vue et résultante directe d’absence éhontée de respect de toute discipline budgétaire et d’allocation stratégique des ressources devant laquelle se retrouvent aujourd’hui le gouvernement Ngrébada et son mystérieux ministre des finances et budget, un autre hors – statut. Une situation si bien difficile que les salaires qui devaient être approvisionnés et positionnés depuis le 14 juin 2019, ne l’ont pas encore été, et qu’au moment T où nous avons été informés, l’Etat ne disposait que de moins de 2 milliards de Fcfa sur le compte ouvert à  cet effet dans les livres – journaux de la BEAC. Une situation qui ne pourra s’améliorer qu’avec le décaissement d’une aide budgétaire de la Banque Mondiale attendue impatiemment dont le montant avoisinerait la rondelette somme de 50 milliards de Fcfa.

Et si elle devait arriver en retard ou si elle ne devait plus arriver, que ferait alors Monsieur Henri – Marie Dondra aux fins de répondre aux dépenses urgentes qui sont sur sa table depuis longtemps et qui ont pour noms frais de vacations tant du fondamental 2 que du supérieur, bourses d’études tant à  l’intérieur qu’à  l’extérieur, factures des fournisseurs de l’Etat, arriérés de pensions, arriérés de salaires dus aux fonctionnaires et agents de l’Etat, quotes – parts des régies financières dont les réguliers approvisionnements auraient été détournés à  d’autres fins et tant d’autres dépenses courantes mises en veille jusqu’alors ? Pourquoi, lorsque le paiement des salaires était supporté mensuellement par la communauté internationale, n’avait – il pas pris des dispositions en termes de placements afin de réaliser des épargnes sur les recettes qui devaient être affectées régulièrement à  leurs prises en charge ? Comment alors pouvait – il chanter urbi ac orbi à  longueur de journée et dans toutes ses sorties médiatiques, les performances de l’économie centrafricaine dans la zone de la CEMAC et se retrouver aujourd’hui en face de très fortes tensions de trésorerie ? S’offrait – il en spectacle au peuple centrafricain dans le seul but de plaire à  ses « Patrons » ou ne mentait – il pas en réalité tout simplement aux centrafricains qu’il prenait pour des gros cons ?

Voilà  de pertinentes questions auxquelles le gouvernement Ngrébada et son brillantissime ministre des finances et du budget se doivent de trouver des solutions appropriées dans les meilleurs délais, avant qu’il ne soit trop tard. Car, n’en déplaise à  tous les laudateurs du pouvoir de Touadéra, de l’indépendance à  nos jours, tous les régimes qui se sont succédé à  la tête de ce pays, à  l’exception de celui du général Bozizé, ont été destitués par le front social et suite à  l’accumulation d’arriérés de salaires. Avec le retour d’exil du général Abdoulaye Miskine du FDPC qui ne cache plus ses intentions d’en finir avec ses anciens amis, les soubresauts politiques en cours du Mouvement « E Zingo Biani », la grogne sociale qui se profile à  l’horizon, et le mécontentement qui a gagné tous les milieux diplomatiques, français et européens, au lendemain des actes de violences inouïes dont ont été victimes de la part des éléments de l’OCRB deux journalistes de l’AFP, en marge de la manifestation du Mouvement « E Zingo Biani » aux abords du terrain de l’UCATEX, le samedi 15 juin 2019, il est vraiment grand temps pour eux d’éteindre par tous les moyens le feu qui couve et qui n’attend qu’une bise pour s’embraser. Et emporter tout le monde !

Affaire à  suivre….. !

Jean – Paul Naïba

Source : ABangui

Laisser un commentaire