Centrafrique : Augustin Agou lance son parti politique la « Renaissance »

0
98
Centrafrique


BANGUI —Le paysage politique centrafricain a encore enregistré la naissance d’une nouvelle formation politique. Il s’agit du parti « La Renaissance » fondé par le député du 1er arrondissement, Augustin Agou. Un parti, lancé ce mardi 18 juin, place au cœur de son action politique, l’établissement d’une société de liberté orientée vers l’épanouissement social se fondant sur la bonne gouvernance démocratique pour sortir le pays de l’ornière.

L’actualité politique de ces derniers jours est jalonnée essentiellement de la création de partis, mouvements et plateformes politiques qui augurent déjà  les échéances électorales de 2020. La « Renaissance » dernier né en date des organisations politiques, selon Augustin Agou, est un parti politique qui milite conformément à  sa charte. Pour l’établissement d’une société de liberté, de responsabilité, de redevabilité, de reddition des comptes et de justice orientée vers l’épanouissement social, de « bien-être partagé », intellectuel et moral de la personne humaine et de toutes les communautés nationales.

« La Renaissance vient à  point nommé dans un contexte où la République Centrafricaine est en train de traverser une zone de turbulences. Le peuple Centrafricain souffre à  cause de la pauvreté. Voilà  ce qui nous a poussé à  créer ce parti dénommé la« Renaissance », nous devons renaître de nouveau, renaître avec des idées, renaître avec le comportement, renaître avec la mentalité », a précisé Augustin Agou.

Dans le même élan, il a annoncé que des actions seront menées dans les jours à  venir avant de revenir en détail sur la vision politique de son parti qui a pour ambition d’orienter le développement multisectoriel de la Centrafrique. «Vous savez, nous avons déjà  un bureau provisoire composé de quatre membres fondateurs. Nous allons, dans un bref délai, mettre le bureau politique en place afin d’organiser une assemblée générale. Notre vision, c’est de développer la République Centrafricaine, notre très cher et beau pays sur tous les niveaux, je veux parler de l’éducation, de l’économie et l’agriculture », a-t- il conclu.

A côté de lui, on note la présence des 3 autres membres fondateurs du parti « la Renaissance» que sont les députés Marcellin Yoyo, Secrétaire général, Jean Pierre Mara, Trésorier général et Martin Mayere, 1er membre.

La création de ce parti politique intervient après le lancement du parti politique « Beafrika ti é kwe » de Mahamat Kamoun le 6 juin dernier à  Bangui.

Jefferson Cyrille Yapende.

Source : ABangui

Laisser un commentaire