Centrafrique : Instabilité, coup d’état, chaos total… c’est que veulent les criminels politiques d’E zingo biani

0
56
Gouvernement


Bangui. Ils ont annoncé que le régime du président Touadéra doit tomber avant la fin de son mandat. Ils ont financé les groupes armés dans les provinces qui massacrent les pauvres populations centrafricaines. Ils ont créé une nouvelle rébellion dans la Lobaye lequel leurs moyens logistiques, depuis le Congo voisin, sont en cours d’acheminement vers la Centrafrique. Voilà  que les opposants politiques poussent les populations banguissoises dans les troubles afin qu’ils soient contents.

Le Mouvement rebelle « Front Uni – E zingo biani » a voulu organiser un meeting qui finalement, les organisateurs que sont : Dologuélé, Nguendet, Bendounga, Lakosso, J.S Bokassa, Yandoka, se sont butés à  un échec total. C’est la honte totale pour ces semeurs de troubles qui ne mènent pas leur lutte politique dans le vrai sens, mais celui d’enfoncer le pays dans le sang. Les morts enregistrés depuis le déclenchement de la crise de 2013 n’arrangent pas ces soi-disant politiciens qui veulent à  tout prix que le nombre des victimes soient encore en hausse pour qu’ils soient à  l’aise.

Les intentions de ces criminels-politiciens sont vouées à  l’échec. C’est vrai et personne ne peut le nier. Le rendez-vous de l’UCATEX qui devait permettre à  ces fauteurs de troubles d’E Zingo Biani de faire couler du sang, n’est pas honoré par le public banguissois qui n’a pas fait le déplacement sur le lieu. Les centrafricains qui ne veulent être des « moutons sacrifiés », refusent et dénoncent le comportement irresponsable de ces opposants au régime de Touadéra. Certains initiateurs de ce meeting n’ont pas été de la partie de leur manifestation criminelle, même N’guendet, Lakosso, Bokassa ont pris la poudre d’escampette en abandonnant le pauvre Bendounga qui n’avait pas la force physique de courir et finalement, il a été cueilli par les forces de l’ordre.

C’est bien fait ! Oui ! Dans quel pays au monde où les organisateurs d’un évènement interdit par les autorités pour des raisons sécuritaires, s’entêtent de le faire, juste pour semer le trouble dans la ville de Bangui ? Tout le monde sait que le régime du président Touadéra est démocratique. Et les dispositions fondamentales de cette démocratie sont respectées scrupuleusement depuis que Touadéra est aux affaires.

La liberté d’expression est une réalité avec l’homme du 30 mars 2016 qui, à  trois ans de règne seulement, remet le pays sur ces pieds comme a voulu le peuple centrafricain. Dans cette dynamique de démocratie, il y’a certaines règles à  respecter. Nous voulons là , évoquer la question du Code pénal de la RCA qui fixe les dispositions concernant les comportements qui sont contre la Loi. C’est pour clarifier les lanternes que le meeting de ces opposants politiques n’était pas autorisé par le Ministère de la Sécurité publique. La déclaration du ministre Henri Wanzé Linguissara était bien claire sur le sujet. L’interdiction est bien fondée du fait que cela peut prendre une autre tournure. Autrement dit, les forces de l’ordre à  travers l’instruction ministérielle, ne veulent pas que ces opposants politiques se retrouvent dans une situation que certains malintentionnés pouvaient créer.

Heureusement que les forces de l’ordre ont fait un bon travail pour que les désagréments soient évités. Mais, les entêtés ont été « éduqués » comme il le fallait. A vrai dire, nous sommes dans un Etat de droit et personne ne peut se comporter au-dessus de la Loi. Le temps est à  la reconstruction nationale et ceux qui veulent maintenir la RCA dans la crise, ne réussiront jamais leur projet déstabilisateur. Le signal est donné pour ce premier round et les criminels du groupe « E zingo biani » qui dupent les centrafricains à  s’aligner derrière leurs intérêts égoïstes.

Les autres meetings de trouble de ces opposants politiques sont interdits et ces assoiffés du pouvoir doivent jouer leur rôle dans le bon sens et non et de pousser les centrafricains à  faire du désordre et de faire couler le sang que ces opposants politiques ont l’habitude de sucer. Les avertis sont déjà  bien informés de ce que veulent ces fauteurs de trouble qui tiennent absolument de l’instabilité et le chaos total dans le pays en organisant un coup d’état contre le pouvoir de Bangui. S’ils se disent démocrate ! C’est bien noté et ils n’ont qu’à  attendre à  ce que le régime actuel soit à  son terme pour que les urnes nous situent de leur sort.

Source : ABangui

Laisser un commentaire