Ouham : Le ministère de l’hydraulique construit 9 forages pour des formations sanitaires

0
26
Centrafrique


Les formations sanitaires des communes de l’Ouham-Bac et de Ndoro-Mboli dans la sous-préfecture de Bossangoa ont bénéficié de neuf forages construits par le Ministère de l’Energie et de l’Hydraulique. Une mesure qui vise à  améliorer la qualité de vie des populations en milieu rural. Leur remise officielle a été faite mardi 11 juin à  Wikamon situé à  27 kilomètres de Bossangoa, axe Bozoum.

Sous les averses de ce mardi, grouillait un monde fou au Centre de santé de Wikamon. Il est 10 heures, hommes, femmes, jeunes et enfants, sourires aux lèvres ont pris d’assaut la tente dressée pour abriter la cérémonie. En face, les chefs de groupes et de village en costume, ont arboré leurs médailles et attendent avec impatience les messages qui vont leur être livrés. Non loin de là , un forage entouré d’un mur haut d’un mètre et demi de couleur bleue avec entrée et sortie, invite les autorités à  couper le ruban blanc qui l’empêche de jaillir. Malgré la pluie, l’ambiance a été festive.

Le maire de la commune de Ouham-Bac, Joseph Désiré Mbotkoissé, a remercié le gouvernement pour ce geste qui, selon lui doit désormais permettre au personnel soignant et aux malades d’exercer dans des conditions hygiéniques. Le maire a par ailleurs souhaité voir ce geste s’étendre à  l’ensemble de la population pour pallier le problème de manque d’eau potable qui se pose avec acuité dans sa localité.

« Le déficit en eau potable est un véritable défi auquel il faut faire face », a souligné Béatrice Namkona, sous-préfète de Bossangoa. L’autorité administrative a insisté sur l’usage et la protection de ce patrimoine. « L’introduction de ces points d’eau dans les centres et postes de santé va aider non seulement les malades à  bien prendre les comprimés mais surtout les femmes enceintes et les bébés. Pour cela, vous devez les protéger car ce sont des ouvrages qui coà»tent très chers » a-t-elle martelé.

Selon Nadège Kambago, chef de service de contrôle de la qualité d’eau à  la Direction Générale des Ressources Hydrauliques, chef de mission du contrôle et suivi des forages dans les formations sanitaires, le coà»t d’un forage est estimé à  15 millions de franc Cfa.

13 forages ont été prévus pour la sous-préfecture de Bossangoa. 9 sont déjà  réalisés par une entreprise indienne et les 4 autres seront bientôt effectués par une société chinoise, ceci grâce à  l’appui de l’Unicef sur financement du fonds Békou.

Source : ABangui

Laisser un commentaire