Présidentielle au Togo  : Faure Gnassingbé laisse planer le doute sur sa candidature

0
52
Le président Faure Gnassingbé a déclaré qu'il ne tolérera pas des manifestations avec des armes de guerre et que cela n'est toléré nulle part.

En séjour en Londres depuis le début de la semaine dernière dans le cadre d’une série d’activités destinée à promouvoir le Togo et son Plan national de développement auprès des investisseurs, le président togolais Faure Gnassingbé a livré une interview à la BBC sur l’actualité socio-politique de son pays. Le responsable a réagi à l’éventualité de sa candidature à la présidentielle de 2020.

Faure Gnassingbé n’a pas encore décidé s’il sera candidat ou non à la présidentielle prévue pour 2020. Interrogé sur la question par nos confrères de la BBC, le chef de l’Etat togolais, en poste depuis 2005, a laissé entendre que la réponse finale viendrait de son parti, l’Union pour la République (UNIR) :

«Je ne sais encore… Je ne sais pas. Il y a encore quelques mois de réflexions et puis je verrai ce que mon parti politique décidera», a-t-il révélé. Toutefois, ajoute-t-il, «si j’ai la possibilité de me représenter constitutionnellement, je prends acte et au moment venu je prendrai ma décision».

S’il laisse donc le doute planer sur l’éventualité d’une participation aux prochaines élections et pourquoi pas d’un quatrième mandat en cas de victoire, celui qui a été réélu en 2010 et 2015 fustige l’idée d’une appartenance à une «dynastie» (son père, Gnassingbé Eyadema avait dirigé le pays de 1967 à 2005). Selon le Chef de l’Etat togolais, chaque pays a son architecture constitutionnelle et institutionnelle. L’essentiel pour lui étant que les dispositions constitutionnelles soient respectées.

Lire aussi : Soudan: Des arrestations en marge de la médiation d’Abiy Ahmed

Rappelons que les députés togolais ont adopté le 8 mai dernier une révision constitutionnelle qui limite le mandat présidentiel au Togo, mais permet au chef de l’État de se représenter en 2020 et en 2025.

Quid des restrictions des manifestations ?

Sur la question de la liberté de manifester -la société civile dénonçant depuis quelques semaines une série de restrictions, Faure Gnassingbé a rappelé que «depuis 2017, les gens manifestent de façon abondante».

«Ce n’est pas parce qu’on vous indique un itinéraire différent qu’on interdit votre manifestation. Nous disons simplement que ceux qui ne manifestent pas ont les mêmes droits que ceux qui manifestent. Ceux qui veulent travailler ont les mêmes droits que ceux qui manifestent», poursuit-il.

Le président togolais avertit toutefois : «Je ne saurai tolérer des manifestations avec des armes de guerre. Cela n’est toléré nulle part […] L’essentiel, c’est de respecter le cadre légal qui est la loi de la République qui s’impose à tous».

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire