Centrafrique : Jean-Serge Bokassa demande la remise sans délais des auteurs de ces crimes odieux dans l’Ouham-Pendé à  la justice

0
31
Jean-Serge


C’est avec une immense douleur que le peuple centrafricain en général et le Mouvement « Kodro Ti Mo kozo Si » en particulier a appris les atrocités et les massacres dont ont été victimes les habitants des villages de Koundjili et Djoumjoum, le mardi 21 mai 2019 suite auxquelles plus d’une trentaine de nos concitoyens ont été sauvagement abattus.

Le Mouvement « Kodro Ti Mo Kozo Si » par la voix de son Coordonnateur Général, le patriote Jean-Serge Bokassa, tient à  exprimer ses condoléances et sa compassion aux parents et aux proches des disparus et souhaite un prompt rétablissement à  ceux qui ont été affectés lors de cette tragédie.

En effet, ce massacre abominable qui aurait été perpétré par des éléments du groupe armé 3R de Bi Sidi Souleymane (alias Sidiki) conseiller « spécial militaire » du Premier Ministre, partenaire du Président de la République Monsieur Faustin- Archange Touadera et signataire des accords de paix de Khartoum, est le dernier en date d’une longue série de crimes commis en toute impunité en République Centrafricaine.

Ainsi, il illustre la faillite d’un gouvernement et l’échec de la mise en place effective du soit disant accord de paix de Khartoum que nous n’avons pourtant cessé de dénoncer car étant anticonstitutionnel d’une part et irréaliste d’autre part. Le communiqué satirique du Gouvernement par la voix de son porte-parole Monsieur Maxime Kazagui, qui n’émeut plus personne, dénote à  suffisance le mépris outrancier et l’absence totale de volonté à  vouloir pleinement assumer ses responsabilités souveraines.

De ce fait, loin d’attendre cet ultimatum de trois jours tel que suggéré par le Gouvernement et la MINUSCA, nous demandons la remise sans délais des auteurs de ces crimes odieux à  la justice de notre pays, la création d’une commission d’enquête parlementaire et l’ouverture d’une enquête judiciaire pour mettre en lumière ces faits tragiques qui ont ébranlé la préfecture de l’Ouham-Pendé

Nous demandons, par la même occasion, aux patriotes de la ville de Paoua d’apporter aide et soutient aux familles meurtris et endeuillés par cet événement tragique.

Fait à  Bangui, le 23 Mai 2019.

LE COORDONNATEUR GÉNÉRAL
Monsieur Jean-Serge Bokassa

Source : ABangui

Laisser un commentaire