Kenya : l’ancien président Daniel Arap Moi condamné pour accaparement de terres

0
45
Né le 2 septembre 1924, Daniel Arap Moi a été président de la République du Kenya du 22 août 1978 au 30 décembre 2002, succédant à Jomo Kenyatta. (Photo datant de 1995).

L’ancien président kényan, Daniel Arap Moi va devoir verser un dédommagement de 9,75 millions de dollars à une famille pour une affaire d’accaparement de terres dont les faits remontent à l’année 1983 soit 36 ans. C’est ainsi que la justice kényane l’a décidé en fin de semaine dernière qui a jugé l’ancien homme fort de Nairobi de 1978 à 2002.

Même 16 ans après avoir quitté le pouvoir et âgé de 94 ans, l’ancien président kényan va devoir payer ses décisions prises alors qu’il était aux commandes du pays. L’ex-chef d’Etat a été condamné par la justice kényane en fin de semaine dernière à verser 9,75 millions de dollars de dédommagement à une famille qui l’accuse d’accaparement illégal de terres en 1983.

Lire aussi : Ce que l’IA de Sophia, le robot humanoïde, «pense» de la valeur de l’innovation africaine pour l’humanité

En effet, l’affaire date effectivement de 36 ans. Selon la famille de Noah Kipngeny Chelugui, l’ancien président kényan a fait main basse sur plusieurs hectares de ses terres situées près d’Eldoret, dans la vallée du Rift, qu’il a revendus ensuite en 2007 à une société kényane du nom de Rai Plywood Ltd. La plainte avait été déposée par feu Noah Kipngeny Chelugui (chef local et propriétaire des terres) lui-même en 2014 contre Arap Moi et certaines institutions de la République. Décédé un an plus tard, sa veuve de 85 ans et son fils n’ont pas abandonné et ont pu conduire le Tribunal d’Eldoret à condamner l’ancien chef d’Etat. « Le tribunal juge que les plaignants ont été illégalement dépossédés des terres en question », a estimé le magistrat Antony Ombwayo.

Lire aussi : Gouvernance en Afrique : « La Côte d’Ivoire, le Maroc et le Kenya affichent les plus impressionnantes progressions » sur 10 ans

Ce n’est pas la première fois que le nom de Daniel Arap Moi est cité dans une affaire d’accaparement illégal de terres. Une procédure judiciaire est en cours contre lui pour la vente d’un terrain de 8 hectares à Nairobi. S’il perd il devra s’acquitter d’une autre très grosse amende vu le prix de l’immobilier dans la capitale.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire