Panique au domicile du général Lapo, son garde du corps abattu.

0
115
Les


L’affaire ressemble à  un film western des années 1800 aux États-Unis, mais c’est une réalité en République centrafricaine. Un caporal-chef abattu, le général en panique et toute la famille en débandade, c’est la scène d’horreur survenue au domicile familial du général des FACA Lapo au quartier Plateau le jeudi dernier.

Selon la brigade d’intervention rapide de la gendarmerie nationale, la scène d’horreur s’est produite le jeudi 16 mai dernier vers 21 heures locales au quartier Plateau-Catin à  Bangui.

D’après la même source, l’auteur présumé de cet acte criminel serait le fils adoptif du général Lapo âgé d’environ 34 ans qui est actuellement activement recherché par les forces de sécurité intérieure sur tout le territoire national.

D’après des informations recoupées sur place, le présumé criminel, dénommé Emery et qui a l’habitude de se promener avec le chauffeur et le garde du corps du général Lapo, s’est brusquement piqué une colère contre eux après une banale taquinerie.

En effet, le même jour aux environs de 16 heures, les trois hommes (Emery, le chauffeur et le garde du corps du général) ont fait un cent-pas pour déguster du vin de palm dans le secteur. Malheureusement au cours de leur détente, les deux FACA, sous l’emprise de l’alcool, commencent à  taquiner sans fin le jeune Emery qui a très mal apprécié ce genre de blague. Et il leur aurait fait savoir, mais les deux caporaux continuent de se moquer de lui.

Après leur détente, les trois hommes sont revenus à  la maison au domicile du général Lapo vers 19 heures.

Pendant que le caporal-chef chauffeur faisait sa détente seule dehors et son collègue caporal garde du corps dormait tranquillement avec son arme sur son lit militaire, le jeune Emery, qui profite de l’absence de tout le monde, aurait récupéré tranquillement l’arme du garde du corps qui se trouve juste à  son côté au sol avant de l’arroser avec.

Complètement défiguré par les tirs de l’assaillant,le caporal est mort sur le champ.

Pendant ce temps, le général Lapo, qui se trouvait à  l’intérieur chez lui au moment de l’incident, croyait à  une attaque imminente contre sa personne. Paniqué, il prend son arme et rampe pour débusquer le tireur. Au même moment, le chauffeur, un caporal-chef de l’armée, est averti à  son tour des coups de feu au domicile de son chef et se précipite pour rentrer.

Alors que le jeune Emery prenait la poudre d’escampette, la panique s’empare de la famille Lapo qui vient de découvrir avec étonnement le corps sans vie du caporal garde du corps allongé sur son lit militaire la tête broyée.

Pour l’heure, le général est sous protection de la gendarmerie dans un lieu sà»r à  Bangui, pendant que le corps de son garde du corps, le caporal, se trouve encore à  la morgue à  l’hôpital.

Le jeune Emery, dans la nature, est frappé d’un mandat d’amener et activement recherché par la gendarmerie sur tout le territoire national.

Source : ABangui

Laisser un commentaire