Le président de la république a présidé la cérémonie officielle de lancement de la première réunion du comite exécutif de suivi de la mise en œuvre de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en RCA

0
50
Accord


Le Président de la République, Son Excellence Pr Faustin Archange TOUADERA a présidé en fin d’après-midi du 15 mai 2019, à  l’hôtel Ledger Plaza, la cérémonie officielle de lancement de la première réunion du comité exécutif de suivi.
Dans leur discours de la circonstance, les Représentants de la CEEAC et du Président de la Commission de l’Union africaine ont affirmé que cette cérémonie concrétise l’engagement du Président TOUADERA et celui gouvernement a accéléré la mise en œuvre de cet accord politique qui a été signé sous la houlette de la communauté internationale.
Nous vous proposons l’intégralité du discours du Chef de l’État à  cette occasion :

Madame et Monsieur
C’est pour moi un réel plaisir de prendre la parole à  l’occasion de la cérémonie officielle de lancement de la première réunion du Comité Exécutif de Suivi, Organe de premier rang du Mécanisme de la Mise en œuvre et suivi de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique.
Cet accord âprement négocié à  Khartoum par le Gouvernement et les Groupes armés et finalement signé le 06 février à  Bangui, est le résultat des engagements de la région et de la communauté internationale à  nous soutenir dans notre politique de main tendue pour ramener la paix en République Centrafricaine.
A cet effet, des engagements ont été pris de part et d’autre par les parties qu’il convient dès aujourd’hui de mettre en application.
Pour accélérer le processus de paix et de la réconciliation, j’ai de bonne foi, mis en place un Gouvernement inclusif, nommé les représentants désignés des groupes armés dans les institutions de la République, créée la commission inclusive de Suivi et de mise en œuvre de l’Accord, chargée d’assurer le suivi et les progrès de son exécution.
Dans cet élan, j’ai mis en place le Comité Exécutif de Suivi co-présidé par le Gouvernement et l’Union Africaine composée des parties à  l’Accord, des Garants, des Facilitateurs et des Forces vives de la nation.
J’instruis donc ce comité à  déterminer dans les meilleurs délais les orientations stratégiques de la mise en œuvre de l’Accord, d’approuver le chronogramme d’exécution de l’Accord et de veiller à  son respect.
Le Secrétariat Technique d’Appui doit remplir efficacement sa mission, à  travers l’élaboration d’un tableau de bord, l’administration et la coordination technique de la mise en œuvre de l’accord pour permettre au Comité Exécutif de suivi de remplir sa mission dans les meilleurs délais.
Comme vous le savez, le peuple centrafricain attache un intérêt particulier à  cet accord et tout retard dans sa mise en œuvre susciterait des interrogations et conforterait le doute de tous ceux qui sont susceptibles à  sa réussite.
Le Gouvernement a donné, je viens de mentionner, l’exemple d’une mise en œuvre effective et de bonne foi de l’Accord de paix et de réconciliation.
Je crois à  une République Centrafricaine qui aura retrouvé la paix et où il fera bon vivre pour tous ses citoyens.
La restauration de la paix, la Sécurité et la Réconciliation nationale est impérative et constitue le facteur fondamental pour la normalisation de la situation du pays.
J’ai donc choisi comme voie pour la réalisation de cet objectif, le dialogue et la concertation entre les fils et les filles de la République Centrafricaine de toutes origines, religions, communautés et catégories confondues.
L’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation, fruit du dialogue entre le gouvernement et les groupes armés, est aujourd’hui sans doute, l’Accord le plus consensuel, non seulement dans sa négociation, mais aussi et surtout dans sa mise en œuvre.

Les partenaires de la RCA, que je remercie très sincèrement, n’ont pas hésité à  nous accompagner sur cette voie par leurs contributions inestimables en tout point. Qu’ils trouvent ici l’expression de la reconnaissance du peuple centrafricain.
Il nous faut donc travailler pour une appropriation réelle de l’Accord par la population afin de mettre fin à  toute interprétation opportuniste visant à  créer le doute dans l’esprit de la population.
C’est le sens de ma rencontre avec les Maires d’Arrondissements, les Chefs de groupes et de Quartiers à  l’occasion de laquelle, ils ont été sensibilisés et chacun a reçu une copie de l’Accord traduit en langue nationale.
Ce processus de vulgarisation doit se poursuivre et s’intensifier sur l’ensemble du territoire national avec l’installation de tous les organes du Mécanisme de Mise en Å’uvre et de Suivi, consécutivement au décret du 10 mai 2019.
Je saisis cette occasion pour remercier le Centre pour le Dialogue Humanitaire qui a réalisé la traduction de l’Accord en Sango
Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs ;
Je voudrais réaffirmer que je fais de la mise en œuvre de cet Accord la priorité des priorités. Les engagements de chacune des parties doivent être exécutés pour que l’impact se fasse ressentir sur la sécurité des centrafricains sur toute l’étendue du territoire national.
C’est pourquoi, je tiens à  la mise en œuvre dans de meilleurs délais des Unités Spéciales Mixtes de Sécurité, prévues par l’Accord.
Le suivi de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation est une activité à  mener au quotidien avec la détermination pour veiller à  ce que les engagements des uns et des autres soient exécutés de bonne foi, pour le bien-être de la population.
J’instruis le Comité Exécutif de Suivi, organe de direction du Mécanisme de Mise en Å’uvre et de Suivi, à  s’atteler à  cette œuvre républicaine.
Les organes du niveau central doivent sans tarder, emboiter le pas au Comité Exécutif de Suivi, pour donner vie aux recommandations de l’Accord.
Un accent particulier sera mis sur la commission inclusive qui est très attendue pour le rôle qu’elle aura à  jouer en matière de justice et réconciliation, en attendant la mise en place de la Commission, Vérité, Justice, Réparation et Réconciliation.
Les échos qui me reviennent de l’installation des comités de mise en œuvre préfectoraux et des comités techniques de sécurité sont encourageants, et je reste convaincu qu’avec le démarrage des travaux des comités au niveau central, ce processus produira les résultats escomptés.
Je saisis cette occasion pour me féliciter de l’appui de la MINUSC dans ce domaine, notamment tout le soutien technique apporté aux Préfets qui ont mis en place 11 Comités de Mise en Å’uvre Préfectoraux et 9 Comités Techniques de Sécurité.
Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs,
Nous sommes à  un tournant décisif de la paix et la réconciliation nationale et il nous fut ensemble, conjuguer nos efforts pour vaincre à  jamais la fatalité.
C’est sur ces mots que je déclare ouverts les travaux du Comité Exécutif de Suivi de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en Centrafrique.
Vive la Coopération Internationale !
Vive la République Centrafricaine !
Vive la réconciliation et la concorde nationale !
Je vous remercie.

Source : ABangui

Laisser un commentaire