Enfants soldats: Le Président Touadera lance la campagne nationale 2019-2021 baptisée:  » Ensemble mettons fin à  l’enrôlement des enfants dans les forces et groupes armés en République Centrafricaine « 

0
36
Lancement


Bangui le 15 mai 2019_Le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA a ouvert ce matin les travaux du lancement de la Campagne Nationale 2019-2021 pour la fin du recrutement forcé des enfants dans les groupes armés en RCA.
Baptisée » Ensemble mettons fin à  l’enrôlement des enfants soldats dans les forces et groupes armés, la cérémonie s’est déroulée dans l’hémicycle de l’Assemblée Nationale en présence des hautes autorités du pays dans l’ordre protocolaire, des représentants de l’UNICEF et de l’ONG World Vision ainsi que des enfants venus de toutes les contrées de la RCA.

Les participants à  cet évènement ont suivi le témoignage émouvant d’un ex enfant soldat qui a été enrôlé de force à  8 ans et qui n’arrive pas aujourd’hui à  14 ans à  se débarrasser des stigmates de ce passé peu glorieux » j’ai assisté à  des scènes de tortures où les soldats barbares égorgeaient des êtres humains. Nous enfants, étions chargés de transporter des armes lourdes aux lieux de cache, les jeunes filles étaient les esclaves sexuelles de nos maîtres qui sont les adultes…, Il m’arrive de faire régulièrement des cauchemars sur mon vécu en tant qu’enfant soldat… j’ai 14 ans et je suis en CM2 et je vais faire mon Certificat d’Étude primaire élémentaire alors que je devrais être en 3è pour passer le Brevet… chers pères, chers parents, M. le Président de la République,les enfants centrafricains souhaiteront devenir des médecins, des députés, des professeurs comme vous… »

Nous vous publions le discours que le Président de la République a prononcé à  cette occasion:

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;
Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
Monsieur le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies;
Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations Internationales ;
Honorables Députés de la Nation ;
Messieurs les Représentants des Agences du Système des Nations Unies ;
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,
Chers enfants ;

Les différentes crises qu’a connues notre pays ont souvent eu comme corolaire l’enrôlement de nos enfants par les groupes armés, au mépris des droits de l’enfant et de la Convention internationale sur la protection de l’enfant.

Il a été estimé un nombre important d’enfants enrôlés par les différents groupes armés et qui ont été contraints de jouer des rôles déterminants et variés, soit de combattants en première ligne, soit de guetteurs, d’espions ou d’esclaves sexuels en ce qui concerne particulièrement les filles.
Je tiens à  rappeler que le recrutement des enfants soldats par les responsables des groupes armés, constitue l’une des six graves violations des droits de l’enfant, au regard du Protocole facultatif à  la Convention relative aux Droits de l’Enfant concernant leur implication dans les conflits armés et donc passibles de la Cour Pénale Internationale.

Mes Chers Compatriotes ;

Cette situation ne peut plus durer. Il est temps de mettre fin à  l’enrôlement des enfants par les forces et groupes armés.
C’est pourquoi, depuis ma prise de fonction, j’ai instruit le Gouvernement de tout mettre en œuvre pour libérer les enfants associés aux forces et groupes armés de cette situation dramatique.
Ainsi, la mise en œuvre du programme de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement de tous les anciens combattants a permis la démobilisation de certains enfants enrôlés par les forces et les groupes armés.

Je me réjouis de ce que les efforts accomplis par le Gouvernement avec l’appui de nos partenaires ont abouti à  la libération de plus de 10.000 enfants dans les zones de fortes concentrations d’enfants soldats, notamment l’Ouham-Pendé, l’Ouham, la Ouaka, l’Ombella-Mpoko, la Haute-Kotto, le Bamingui-Bangoran et la Vakaga, dont 554 dans la région de Paoua, après le lancement du DDR pilote à  la fin de l’année 2018.
Cela doit se poursuivre avec la mise en œuvre du programme de réintégration grâce à  l’appui additionnel attendu de nos partenaires pour une réintégration effective et durable de tous les enfants.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs,

En lançant aujourd’hui cette campagne de lutte contre l’enrôlement des enfants par les forces et groupes armés, je voudrais appeler au respect du Droit de l’Enfant.
J’invite nos partenaires au nombre desquels l’ONG World Vision dont je salue l’action en faveur de la protection de l’Enfant, à  se mobiliser davantage au côté du Gouvernement pour faire cesser immédiatement l’implication des enfants dans les conflits armés en RCA, et augmenter leur chance de réinsertion et de réintégration dans leurs communautés respectives.
Je salue par ailleurs la position ferme adoptée par la communauté internationale qui qualifie de crime contre l’humanité et donc imprescriptible, tout enrôlement d’enfant dans les conflits armés.
Les auteurs de ce crime grave ne pourront désormais prétendre à  une excuse d’ignorance devant la justice.
Je saisis cette occasion pour instruire le Gouvernement d’accélérer le processus d’adoption par l’Assemblée Nationale du code de protection de l’enfant.
Avant de terminer mon propos, Je remercie le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance et les autres agences du système des Nations Unies pour les appuis multiformes à  la réussite et à  la pérennisation de cette action dans l’intérêt de la sauvegarde des droits de nos enfants.
Je voudrais inviter les parents à  veiller sur l’éducation et la formation de leurs enfants afin d’éviter de les exposer à  de très graves violences, car ils sont souvent forcés d’être à  la fois témoins et acteurs de la violence, tout en étant eux-mêmes abusés et exploités ou même tués.
Vous le savez, leur condition d’enfants soldats les prive souvent de leurs droits avec les conséquences physiques et émotionnelles graves.

C’est sur ces mots que je déclare lancée, la campagne « Tous ensemble, mettons fin à  l’enrôlement des enfants dans les forces et groupes armés en République Centrafricaine ».
Vive les enfants pour que vive la République Centrafricaine !

Je vous remercie.

Source : ABangui

Laisser un commentaire