Centrafrique : le gouvernement accusé d’avoir violé l’accord de paix

0
41
5ème


L’exécutif a été pointé du doigt par le Conseil national de défense et de sécurité (CNDS), un des principaux groupes armés du pays, pour « violation » de l’accord de paix de Khartoum.

L’accusation fait suite à  une mission éclair, début mai, des Forces armées centrafricaines (Faca) dans la ville de Kaga-Bandoro, au centre du pays. « Le Conseil national de défense et de sécurité a adhéré pleinement à  l’accord de Khartoum, mais s’oppose catégoriquement au déploiement des Faca à  Kaga-Bandoro », peut-on lire dans le communiqué rendu public, le 13 mai, par cette formation militaire regroupant différents groupes armés de l’ex-Séléka. Ce déploiement s’apparente à  « une violation de l’accord par le gouvernement, signé par tous les partenaires nationaux et internationaux », a indiqué son président, Abdoulaye Hissène.

Après le CNDS, le Front populaire pour la renaissance de Centrafrique, par la voix de son président, Nourredine Adam, dénonce le caractère « brusque » du déploiement des Faca, sans l’aval des parties signataires de l’accord. Cependant, aucune réaction n’est enregistrée du côté du gouvernement.

Les faits dénoncés remontent au 5 mai lorsqu’une petite unité des Faca a fait une incursion dans la ville de Kaga-Bandoro. Si leur présence avait été saluée par la population, selon une source locale, les éléments de Faca n’avaient mis que quelques heures avant de se retirer de la ville. Aucune information n’a filtré encore sur cette brève incursion.

Source : ABangui

Laisser un commentaire