Sénégal-Chine : les échanges commerciaux et les IDE maintiennent leurs tendances haussières

0
49
53 Chefs d'Etats africains présent au sommet Chine Afrique 2018.

Hausse de 3,7% des échanges commerciaux entre le Sénégal et la Chine premier Investisseur direct au pays de la Teranga pour l’année 2018. La Chine a consenti à d’importants investissements dans le pays au niveau des secteurs clés des infrastructures, de la santé, de la formation, de la culture ou encore de l’agriculture.

Au cours d’année 2018, les échanges commerciaux entre la Chine et le Sénégal se sont hissés à 1581 milliards de franc CFA, soit 2,7 milliards de dollars, équivalant à une hausse de 3,7% par rapport à l’année 2017. L’information a été donnée par Zhang Xung l’Ambassadeur de la Chine au Sénégal, dans une interview accordée au quotidien Le Soleil dans son édition de ce mercredi 8 mai. Le chef de la diplomatie chinoise au Sénégal considère la Chine comme l’un des plus importants bailleurs du Sénégal. Des fonds investis dans divers secteurs d’activités stratégiques comme les infrastructures, la culture, ou encore l’agriculture et la santé. Zhang Xung a également réitéré la détermination de la Chine à accompagner le Sénégal dans sa marche vers l’émergence économique, confinée dans son Plan Sénégal Emergence (PSE).

Lire aussi : Chine-Afrique : «Nous devons travailler avec la Chine tout en posant des conditions claires»

Le Sénégal un pilier de la Chine en Afrique de l’ouest

La Chine est le 2ème partenaire commercial du Sénégal et le 1er investisseur dans le pays. Elle a investi dans plusieurs projets d’infrastructure au Sénégal dont le grand Théâtre National inaugurée en 2011 et le Musée des Civilisations Noires réceptionné 2018 et financé par la Chine à plus de 30 millions de dollars.

Dans l’industrie des transports, l’investissement le plus récent est l’autoroute Ila Touba longue de 113 kilomètres qui rallie les régions de Dakar, Thiès et Diourbel. L’ouvrage a coûté 800 millions de dollars financés par la Chine dans le cadre d’un crédit à l’export pour gouvernement sénégalais. La nouvelle arène nationale de 20 000 places dédiée à la lutte est le fruit d’un don chinois estimé à 50 millions de dollars. Dans le domaine agricole, la Chine appuie le Sénégal notamment dans son plan d’autosuffisance en riz, à travers l’accompagnement technique et la formation. La Chine est le principal partenaire du Sénégal dans l’installation du parc industriel de Diamniadio à 40 kilomètres de Dakar, la capitale sénégalaise, destiné au développement de l’industrie textile.

L’Afrique au cœur des nouvelles routes de la soie

Le Sénégal premier signataire en Afrique de l’Ouest du mémorandum d’entente sur la coopération dans le cadre de l »initiative chinoise « La Ceinture et la route » (One belt, one road), est un pilier de la Chine dans la sous-région. En 2018, le président Macky Sall qui s’était rendu en Chine avait accueillis à son tour son homologue Chinois XI Xinping, lors de sa tournée africaine. Au-delà du Sénégal, le Continent Africain est devenu un atout stratégique pour la Chine qui cherche à asseoir son influence à l’international. A titre indicatif, en 2017 les importations chinoises depuis l’Afrique se sont chiffrées à 75,3 milliards de dollars, contre 94,7 milliards de dollars pour les exportations vers le Continent, selon les chiffres officiels chinois.

Lire aussi : La Chine à la «rescousse» du Congo : 5000 milliards Fcfa de dette restructurée

« La Ceinture et la route » est l’appellation de la stratégie chinoise pour un nouvel ordre géopolitique mondial. Elle vise à créer des zones commerciales dont certaines empruntent les antiques « routes de la Soie » suivies jadis par les caravaniers.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire