Les viols en RCA : la présence de la Minusca soulève des interrogations

0
70


Depuis 2014 plus de 400 cas de viols d’habitants locaux par les représentants de l’ONU ont été fixés

Malheureusement les meurtres et les viols en RCA ne sont pas rares. Le pays se trouve en état de crise pour déjà  un temps et les problèmes, même s’ils sont réglés petit à  petit, ne sont pas pleinement résolus. Après la signature de l’accord entre le gouvernement et les groupes armés le nombre de crimes diminue. Ce qui est bizarre, c’est que les auteurs des crimes sont non seulement les bandits locaux, mais c’est aussi les soldats de la paix.

La présence de la Minusca en RCA pose beaucoup de questions. Ils agissent au pays pour déjà  5 ans, et les pacificateurs ont commis nombreux crimes. Depuis 2014 plus de 400 cas de viols d’habitants locaux par les représentants de l’ONU ont été fixés. Alors quel est le nombre des crimes qui n’ont pas été fixés ?

Selon les paroles, des incidents liés à  la Minusca, quand les « casques blues » ont démontré l’inaction aux moments importants, sont plus nombreux que les cas quand la Minusca a vraiment défendu la population. Même l’ancien chef de la Minusca, Parfait Onanga-Anyanga, a déclaré que les soldats de la paix n’arrivent à  régler la situation, malgré la présence de 13 milles éléments.

Après que les sujets de viols par les « casques blues » étaient diffusés sur les médias, les représentants de l’ONU ont ensuite fait des déclarations, selon lesquelles les coupables serraient puni et la justice triomphera. Les violeurs n’ont pas été jugés en RCA, mais plutôt dans leur pays d’origine et il n’y a aucune preuve qu’ils étaient réellement punis par peine de prison.

Bien sà»r la Minusca continue de faire l’image de leur travail, disant que les enquêtes sont en cours, prouvant à  la population que leur présence est indispensable. Depuis un temps les habitants de la RCA ont commencé à  recevoir des SMS de la part de la mission, le contenu desquels appelait à  signaler les cas de viols par les soldats de la paix. Ça fait déjà  du temps, alors l’ONU aurait pu faire des avancées sur ce sujet au sein des « casques blues ».Mais les Centrafricains continuent de recevoir des SMS avec le même contenu. Alors il y a des questions. Tout d’abord : à  quel état sont les choses au sein de l’organisation internationale, si en 5 ans elle n’a pu régler les problèmes avec ses éléments ?

Deuxièmement, est-ce que la Minusca sait que le réseau marche assez mal déjà  à  Bangui, alors qu’en est-il aux habitants des régions plus éloigné ?

Troisièmement, combien de temps les habitants du pays vont pouvoir supporter la présence des pacificateurs et des Français?

Le nombre des cas de viols fixés en RCA sont que le haut de l’iceberg. Les vrais chiffres sont alors encore plus moches. Il est présumé qu’en 5 ans les soldats de la paix ont violé plus de 2000 personnes, mais à  cause de menaces la plupart des victimes ne l’ont pas signalé. En plus que les gens ne voient pas de sens de signaler ces cas, car les soldats de la MINUSCA, de toute façon, ne vont pas être puni, et la victime va rejaillir la honte sur sa famille.

Pendant les 5 dernières années les changements les plus importants qui ont eu lieu en RCA se sont déroulé sans la participation des soldats de la paix. L’accord de paix, la composition du gouvernement, le rétablissement de l’armée est faite par les Centrafricains eux-mêmes. Alors a-t-on besoin de la Minusca en RCA ?

Source : ABangui

Laisser un commentaire