RDC : Lamuka, la coalition d’opposition devient une plate-forme politique

0
102
C’est Moïse Katumbi qui devrait tenir les rênes de la plateforme Lamuka pour les trois prochains mois.

C’est à Braine-l’Alleud, en banlieue de Bruxelles que six leaders de l’opposition ont lancé la transformation de Lamuka, leur coalition politique de circonstance lors des élections du 30 décembre dernier, en plateforme politique. Les contours de ce qui semble être une riposte politique à l’alliance entre le FCC de Joseph Kabila et le Cach de Félix Tshisekedi sont flous. Outre sa charte en cours d’élaboration, l’on sait déjà que la présidence sera tournante à la tête de la plateforme et c’est Moïse Katumbi qui devrait en tenir les rênes pour les trois prochains mois.

Sa nouvelle mission politique pourrait être une motivation supplémentaire pour rentrer au bercail. Sa condamnation annulée la semaine dernière, son passeport congolais délivré, Moïse Katumbi est sur le chemin du retour au pays pour y piloter la toute nouvelle plate-forme Lamuka.

On parlait de cette dernière comme d’une coalition formée en prélude aux élections générales du 30 décembre 2018. Depuis ce samedi 27 avril, elle est devenue une plate-forme politique sur l’échiquier de la République démocratique du Congo (RDC). Réunis dans la banlieue bruxelloise, les six opposants qui composent cette coalition ont décidé de sa transformation en une plateforme via une charte en cours d’être peaufinée.

Lire aussi : Assemblée nationale de RDC : au perchoir, Jeannine Mabunda Lioko

 Il s’agit, selon l’ordre de succession à la présidence de cette plateforme, de Moïse Katumbi, Freddy Matungulu, Jean-Pierre Bemba, Adolphe Muzito, Antipas Mbusa Nyamwisi et Martin Fayulu. Pendant trois mois, c’est à l’ancien gouverneur du Katanga que revient la charge de « coordonnateur du praesidium » qui se réunit une fois par mois. A la charge du coordonnateur également d’être le porte-parole du mouvement pour le compte duquel il devra organiser un événement de portée nationale et internationale durant sa présidence avant de passer la main.

Contrôler la gestion Tshisekedi-Kabila

Pour l’heure, on ne sait pas si les partis politiques des différents opposants seront entièrement fondus dans la nouvelle plate-forme ou s’ils vont rester dans une sorte de prolongement de la coalition qu’on veut flanquer du label « plate-forme ». Plus loin, quelle forme va revêtir l’opposition de ce nouveau mécanisme politique ? Avec 107 des 500 sièges que compte la chambre basse du parlement, Lamuka est la deuxième force politique en RDC après le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila (345 députés) et devant le Cap pour le changement (Cach) de Félix Tshisekedi (48 sièges).

Aux couleurs de l’opposition, Lamuka semble être une réplique à l’alliance scellée entre le président sortant et son successeur. Après avoir perdu les élections générales pour lesquelles elle avait appuyé la candidature malheureuse de martin Fayulu, Lamuka s’est trouvé un autre combat, celui de mener un combat en union sacrée pour contrôle la gestion Tshisekedi-Kabila.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire