Togo : des cellules terroristes démantelées, révèle le président Faure Gnassingbé

0
82

Le chef de l’Etat togolais a annoncé que les forces de défense et de sécurités ont démantelé plusieurs cellules terroristes dans le pays. Dans un discours au Parlement sur l’état de la nation, Faure Gnassingbé a annoncé de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité intérieure, mettant en garde contre les risques de l’extrémisme et de la radicalisation des jeunes.

C’est l’une des grandes annonces du discours prononcé par le président Faure Gnassingbé, vendredi 26 avril à l’Assemblée nationale, à l’occasion de la commémoration du 59 anniversaire d’accession du pays à l’indépendance. Dans le discours sur l’état de la nation, Faure Gnassingbé a annoncé que les forces de défense et de sécurité ont démantelé ces derniers mois des « cellules terroristes » dans le pays. « Avec maîtrise et professionnalisme, elles ont mené avec succès, au cours des derniers mois, plusieurs opérations de démantèlement de cellules terroristes sur notre territoire », s’est félicité le chef de l’Etat qui a tenu à saluer les forces de sécurité.

« J’exprime la reconnaissance de la nation aux forces de défense et de sécurité qui se trouvent en première ligne pour épargner à notre pays les affres de cette violence aveugle.  Avec maîtrise et professionnalisme, elles ont mené avec succès, au cours des derniers mois, plusieurs opérations de démantèlement de cellules terroristes sur notre territoire.  En prenant conscience de cet état de choses, nous devons être sensibilisés à la montée ambiante des menaces, en restant toutefois rassurés que l’État s’attachera toujours à garantir la sécurité de chacun et la quiétude de tous. Dans le respect des libertés individuelles et collectives, la protection des citoyens restera une priorité », a déclaré le président Togolais.

Le Togo est donc en ligne de mire des groupes terroristes actifs dans la sous-région notamment dans les pays du Sahel et le bassin du Lac Tchad. Ces dernières semaines, plusieurs informations ont fait cas de la présence de jihadistes qui se sont infiltrés dans les pays voisins du Burkina, du Niger et du Mali. Les médias burkinabés ont aussi rapporté que les services de renseignement ont alertés leurs homologues du Togo, du Bénin et du Ghana, sur de « possibles infiltrations » par des membres de groupes terroristes qui sont déjà très actifs au Mali, au Niger et au Burkina.

Lire aussi : Cina Lawson : «Nous devons former plus de Togolais en matière de cybersécurité»

Nouvelle menace

Dans son discours, le président fort a souligné que « le contexte sécuritaire régional est marqué par une dégradation notable, sur fond de regain des attaques terroristes ». Il a annoncé plusieurs mesures afin de lutter contre cette nouvelle menace, qui risque de s’étendre dans les pays côtiers d’autant que la menace s’accompagne « d’une forte pression du radicalisme et de l’extrémisme au sein des communautés ».

Le président togolais a également promis que l’Etat va prendre toutes les dispositions pour permettre aux populations de de vivre en paix et de vaquer librement à leurs occupations, annonçant également une loi sur la sécurité intérieure, « afin de doter l’ensemble des acteurs des instruments adéquats, et de renforcer nos capacités opérationnelles dans le cadre de la coopération régionale ».

Lire aussi : Développement du Togo : «Nous mettrons l’accent sur la rigueur et la bonne gouvernance» [Faure Gnassingbé]

Dans son discours, Faure Gnassignbé a par ailleurs plaidé pour que l’accent soit davantage mis, tant au niveau de l’État que dans les familles, « sur l’impérieuse nécessité de préserver notre jeunesse du péril de la radicalisation et des tentations extrémistes ». Selon lui, c’est l’une des missions qui méritent une mobilisation générale, « parce que sans les jeunes, nous serions privés du dynamisme et de la vitalité nécessaires pour mener notre pays sur la voie d’une accélération de son développement ».

« Nous le savons. Les germes de la croissance durable et inclusive à laquelle nous aspirons ne peuvent éclore qu’à la faveur d’un climat de paix, de sécurité et de stabilité. Il importe donc de faire définitivement rempart à tous les égarements qui tendraient à remplacer, chez nos jeunes frères et sœurs, l’espoir par le fatalisme, voire à leur faire miroiter la violence comme l’ultime solution », a mis en garde le président dans son discours dur l’état de la nation.

C’est la seconde fois depuis son arrivée au pouvoir en 2005 que le président Faure Gnassingbé se prête à cet exercice. La première fois c’était en 2006 et depuis le contexte politique et socioéconomique du pays a beaucoup changé même si cette fois encore, le Togo est en proie à une crise politique depuis des mois. Dans son message pourtant, le chef de l’Etat n’a pas évoqué ce sujet mais a promis de poursuivre ses actions pour améliorer les conditions de vies des populations à travers le Plan national de développement (PND). « Sans jamais baisser les bras devant les difficultés. Sans jamais renoncer face aux contraintes. Nous ne ferons pas de miracles soudains ni de prodiges éphémères », a prévenu Faure Gnassingbé qui a affirmé garder toujours à l’esprit, « la recherche du mieux-être pour tous, et plaçant l’intérêt général au-dessus de toute autre considération ».

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire