Paludisme en Afrique : « les cas réapparaissent car les financements stagnent »

0
65

Parmi les onze pays les plus touchés par le paludisme et où ce dernier repart à la hausse, près de la moitié sont des pays d’Afrique francophone. C’est ce qu’ont révélé les acteurs de la lutte contre cette maladie cette semaine à Paris. Selon les spécialistes, plus de 300 millions de personnes vivent sous la menace du paludisme dans les pays francophones.

En Afrique francophone, le Burkina Faso, le Cameroun, le Mali, le Niger et la République démocratique du Congo sont les pays les plus touchés par le paludisme. Selon les acteurs de la lutte contre la maladie qui était à Paris cette semaine, ces pays font partie des onze les plus touchés. « Plus de 300 millions de personnes vivent sous la menace du paludisme dans les pays francophones », estime le « Partenariat RBM pour en finir avec le paludisme ».

Une maladie qui connaît une recrudescence

Malgré la situation déjà compliquée et les efforts incessants, les acteurs ont également fait constater que le paludisme repart de nouveau à la hausse. « Sept millions de vies ont été sauvées depuis 2000, mais nous devons encore accélérer le mouvement », a indiqué le directeur exécutif du partenariat RBM,

Lire aussi : Union Africaine : Paul Kagame appelle à multiplier les investissements dans la santé

Abdourahmane Diallo qui s’est exprimé lors des conférences dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme en France à Paris. « Le paludisme se banalise, on l’accepte, on vit avec mais c’est inacceptable que plus de 400.000 personnes meurent chaque année de cette maladie évitable », a ajouté le responsable.

Insuffisance de financement

Cette aggravation de la situation du paludisme est liée à l’insuffisance des financements.

« Les cas réapparaissent car les financements stagnent », a confié pour sa part Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Son institution investit pourtant chaque année près de 4 milliards de dollars (venus à 95% des autorités publiques) pour soutenir des programmes de santé publique dans les pays.

La prochaine conférence de financement visant à lever les fonds, dénommée «conférence de reconstitution des ressources» et qui se tient le 10 octobre 2019 à Lyon en France, pourrait être l’occasion de rectifier le tir. Lors de la précédente campagne, les donateurs avaient promis 12,9 milliards de dollars pour la période 2017-2019. Pour cette nouvelle conférence l’objectif est de 14 milliards de dollars.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire