Centrafrique : L’adoption par amendement du nouveau Code électoral par les élus de la Nation

0
58
La


Bangui, L’ANE, entendez, l’autorité nationale des élections est en pleine expansion en ce qui est de l’accomplissement de sa mission. Même si nous sommes à  deux ans d’une échéance électorale, la structure chargée de cette question prenne toutes les dispositions pour que le délai prévu en l’occurrence, soit tenu.

C’est à  travers cet élan que le projet de Loi portant sur le nouveau Code électoral, proposé par l’ANE et soumis aux élus de la nation pour examen et adoption, a été amendé et validé le 23 avril 2019 à  l’hémicycle de l’Assemblée Nationale lors d’une session.

Pour information, c’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation Augustin Yangana-Yahoté, accompagné de son équipe du Cabinet qui a défendu mordicus l’amendement et l’adoption de ce nouveau Code électoral lequel, 126 députés l’ont voté contre 18 qui trouvent nécessaire de voter contre.

Il faut noter que la séance, notamment le débat qui été rude pour le vote de la manière où certains députés qui s’inquiètent de leur aventure politique voire celle des présidents de leurs partis politiques, n’apprécient pas la façon dont les frais alloués pour la présidentielle, le Sénat et la législative sont rehaussés un peu plus haut. Autrement dit, la barre pour un prétendant présidentiable est fixée à  15 millions de FCFA, pour un sénateur à  500 milles et pour candidat à  la députation à  250 milles FCFA, contre 5 millions pour la présidentielle et 100 milles pour la députation dans le précédent Code électoral.

Certains députés de la nation que lepotentielcentrafricain.com a côtoyé dans les coulisses, lors de ce débat parlementaire, ont estimé qu’il n’y est plus question de céder la vie de toute une nation entre les mains des « aventuriers politiques » qui rêvaient qu’avec un pactole de 100 à  1 million, on peut devenir facilement une autorité qui se voit autoriser par les lois à  exercer ses business et ses mafias sur le dos du peuple centrafricain. Raison laquelle, l’amendement de ce nouveau Code électoral est donc utile pour que les prochaines échéances ne soient comme cela a été le cas bien avant. Suivez nos regards !

Les observateurs de la vie politique ont commenté, chacun à  leur manière, cette détermination des élus de la nation qui veulent donner une image, crédible du parlement centrafricain dans les années, contrairement à  ce que nous connaissons précédemment avec des députés qui étaient élus dans des conditions bizarres, des députés criminels qui sont des véritables clients de la justice.

« L’ANE et le Ministère de l’administration du territoire font un travail remarquable que nous ne pouvons qu’apprécier à  travers le vote de ce nouveau électoral. Cela témoigne de la volonté de nos autorités qui font très bien leur boulot à  tous les niveaux. Nous espérons que notre processus électoral ne sera confronté à  aucun problème », a argumenté un élu de la nation après la séance parlementaire.

Source : ABangui

Laisser un commentaire