Centrafrique : Le mercenaire Abdoulaye Miskine vient d’intenter une opération terroriste vers Baboua

0
254
Centrafrique


Bangui, Le numéro un des terroristes en Centrafrique qu’est Abdoulaye Miskine qui se la coule belle à  Brazzaville aux côtés du président Sassou Nguesso depuis plusieurs années, vient de parler de lui une fois de plus, à  travers une opération menée contre un véhicule de transport en provenance de Garoua-Boulaï, ville frontalière du Cameroun avec la RCA.

Selon les informations qui nous sont parvenues du village Ndiba, en allant vers Fambele situé à  quelques kilomètres de Bouar, ce véhicule transporte des commerçants à  son bord pour se diriger vers Baboua. Arrivé, au niveau du village Ndiba, c’est la tristesse et la désolation avec les éléments d’Abdoulaye Miskine de FDPC qui sortaient comme des chiens enragés, tiraient en l’air pour effaroucher les passagers en question.

Pris de peur, le conducteur a freiné pour s’enquérir de ce qui est de la réclamation de ces criminels. Ouf ! C’est le dégât incroyable du genre terroriste mené cette fois-ci par ces sanguinaires qui sont pilotés par leur mentor Abdoulaye Miskine qui est chouchouté par l’un des bras des français en Afrique centrale.

L’on apprendra quelques heures après cet incident criminel que le véhicule a été incendié et que les passagers ont été pris en otage. Les criminels d’Abdoulaye Miskine réclament une rançon de 50 millions de FCFA pour que leurs « proies » soient relaxées.

Voilà  qu’une fois de plus, le mercenaire Abdoulaye Miskine de son vrai nom Martin Koumtamadji, vient de bomber son muscle comme quoi, il est le véritable sanguinaire qui fait la pluie et le beau temps. La réponse qu’il faut pour ce criminel patenté, c’est l’usage de la force puisque l’article 35 de l’accord de paix signé l’a si bien signifié. Abdoulaye Miskine qui a fait preuve d’une violation exagérée de cet accord de paix, ne peut cette fois-ci, échappé aux mesures draconiennes qui sont prises contre lui et ses mercenaires recrutés au Congo, au Cameroun et Bocaranga qui font entrave à  la libre circulation sur l’axe nationale 1.

Source : ABangui

Laisser un commentaire