Centrafrique : Les Entreprises parapubliques devenues lucratives au profit de l’Etat suite au bon management d’Arthur Bertrand PIRI

0
32
Le


Les Offices et Entreprises de l’Etat retrouvent la place qui est les leur avec le retour à  l’ordre constitutionnel qui a porté le président Faustin-Archange Touadéra à  la tête du pays. L’homme très engagé pour le relèvement total de son pays, a tendu aussitôt sa main à  certains vaillants fils du pays qui n’ont pas baissé leurs bras quand il s’agit de se donner corps et âmes au service de leur nation. Et pour cause !

Il s’appelle Arthur Bertrand PIRI, l’un des compatriotes qui se sont engagés également aux côtés des hautes autorités du pays pour redonner le blason des offices et entreprises d’Etat qui, à  une époque donnée, étaient considérées étant une vache à  lait de certaines « voleurs patentés de la République » qui n’ont que le seul désir de s’enrichir.

L’environnement de toutes les entreprises parapubliques est au vert depuis que le compatriote Arthur Bertrand PIRI, est aux commandes en tant que ministre contrôleur. Les situations de ces entreprises sont au beau fixe avec les initiatives de redressement qui sont dans l’ordre d’une bonne gestion en vue d’accroître l’économie centrafricaine et de répondre ainsi aux problèmes sociaux que connaissent les centrafricains dans l’ensemble. A vrai dire, le travail titanesque réalisé par le ministre contrôleur Arthur Bertrand PIRI, est appréciable hautement à  travers des stratégies mises en place pour que chaque de ces entreprises, fonctionnent dans la transparence et que leurs rendements soient bénéfiques pour l’intérêt national.

Suite à  ce travail professionnel, le ministre contrôleur Arthur Bertrand PIRI a hérité d’une situation où tout était refaire pour ne pas dire construire à  nouveau. Le Ministre contrôleur, avec son savoir-faire et son expérience en la matière, a jugé mieux de faire un diagnostic de la situation sans complaisance de toutes les entités sous sa coupe, notamment l’ENERCA, la SODECA, la SOCASP, l’ASRP, la CNSS, FER, ONM, AGETIP-CAF et biens d’autres… pour se rendre à  l’évidence de ce qui était et ce qui n’était pas.

A ce sujet, ordonnera-t-il une évaluation dont les résultats ont révélé au grand jour des anomalies, irrégularités et faiblesses criardes au niveau des sociétés et entreprises parapubliques. Des anomalies qui logent sur le plan juridique, administratif, matériel financier et même comptable.

Pour s’attaquer à  ces difficultés, le premier combat pour PIRI a été d’avoir une idée nette sur la situation des employés en général. Ainsi, une opération de contrôle a été lancée en vue de nettoyer le fichier des employés, mettant ainsi hors d’état de nuire, les personnels fictifs ceux qui exercent illégalement et émargent sur le comptent de l’Etat. Voilà  que ce travail qui a été critiqué méchamment et par la mauvaise foi par certains, a fini par être apprécié suite aux résultats escomptés qu’il a laissé sur le terrain.

La Direction générale de chaque entreprise sous l’autorité du ministre contrôleur PIRI se retrouve dans sa gestion et son bon fonctionnement. Plus question de recruter pour le plaisir de le faire, les dépenses sans fondement n’ont plus leur place et la dilapidation des entrées sont hermétiquement arrêtée. Tout ceci, c’est l’œuvre de la bonne gouvernance d’Arthur Bertrand PIRI qui contribue efficacement au relèvement du pays.

Grâce à  ses contributions sans relâche, les entreprises et autres Offices de l’Etat sont profitables à  l’Etat qui compte également sur ses ressources propres pour mettre le cap vers son émergence et son vrai développement. Avec le système de bancarisation qui a permis à  ce que les recettes de l’Etat soient versées directement au niveau du Trésor Public, rien n’est plus comme avant ces entreprises et offices cités ci-haut, ont été considérées comme des biens personnels, appartenant ainsi à  un groupe d’amis, famille, connaissances…

La méthode PIRI a donné le vrai goà»t de la bonne gestion à  ceux qui sont appelés à  diriger les entreprises d’Etat. Autrefois, les sessions budgétaires de ces entreprises et Offices ne se tenaient pas ou presque dans le délai exigé. Dans ce désordre constaté bien avant, des retards dans la production des états financiers, la mauvaise tenue des journaux de caisse et de banque…Ce sont ces mauvaises gestions que PIRI et son équipe ont corrigé sans faute en mettant ces entreprises de l’Etat dans la droite ligne. Quelle détermination !

Au plan juridique, administratif et matériel, il sied de mentionner que le ministre contrôleur Arthur Bertrand PIRI a su travailler comme un bon élève qui met en pratique les directives du président Touadéra et con premier ministre Ngrébada qui font de la lutte contre la corruption, la mauvaise gouvernance, le népotisme et le clientélisme leur cheval de bataille.

C’est cet engagement et volonté politique des hautes autorités, traduit dans les faits par PIRI qui a permis à  la RCA, de gagner en confiance et en crédibilité auprès des bailleurs et partenaires multilatéraux et bilatéraux. L’ensemble de ces mesures courageuses ont permis le redressement du secteur parapublic et lui a permis de redorer le blason de la compétitivité et de la productivité.

Il est du ressort et de la responsabilité du Ministre contrôleur PIRI de rappeler à  l’ordre des responsables véreux d’entreprises et offices publics. Donc, il est question pour PIRI de les instruire et les pousser à  un changement positif de comportement en prenant les bonnes habitudes dans la gestion des entreprises d’Etat dont ils ont les rennes.

Dans la droite ligne qui est impulsée par le régime de Bangui qui a eu le mandat d’essuyer les larmes des centrafricains et relancer l’économie de la RCA, la nation centrafricaine sera reconnaissante pour les générations futures à  l’actuel ministre contrôleur Arthur Bertrand PIRI pour son sens de patriotisme et la bravoure qui le déterminent. In fine, le compatriote PIRI est l’homme qu’il faut à  la place qu’il faut.

Le régime de Touadéra voire tout le peuple centrafricain est comblé l’œuvre accomplie par le ministre contrôleur Arthur Bertrand PIRI. De toute évidence, l’on retiendra que le ministre Arthur PIRI est victime de sa rigueur et de sa loyauté aux principes de la bonne gouvernance. Et face aux grincements et jérémiades des oiseaux de mauvais acabit qui n’ont plus de place dans le cercle fermé de lutte contre la corruption et les mauvaises pratiques mis en place par le ministre. Hummm ! Monsieur le ministre contrôleur PIRI, vous avez le soutien ! Tenez bien !

Source : ABangui

Laisser un commentaire