Centrafrique : Le succès qu’il ne faut pas oublier après la mission d’évaluation de l’ONU-UE-UA après l’accord de paix signé

0
97
Premier


Bangui, Le Premier ministre centrafricain, Firmin Ngrebada, accompagnés de certains de ses ministres ont conduit une mission des représentants de l’ONU, de l’Union Africaine et de l’Union Européenne, respectivement, Jean-Pierre Lacroix, Smail Chergui à  Bambari et à  Bangassou le 15 avril 2019 dans le cadre de l’appui à  la mise en œuvre de l’Accord politique pour la paix et la réconciliation signé le 6 février dernier.

Lors de leur séjour à  Bambari, les personnalités citées ci-haut ont assisté au lancement officiel de deux structures prévues par le mécanisme de mise en œuvre et de suivi de l’Accord de paix, à  savoir le Comité de mise en œuvre préfectoral (CMOP) et le Comité technique de sécurité (CTS) pour la Ouaka. L’objectif du CTS est d’assurer le respect des dispositions sécuritaires de l’Accord, notamment celles liées à  la cessation des hostilités.

Les autorités ont également pris part à  la présentation symbolique d’éléments de groupes armés militairement actifs dans la préfecture (des éléments anti-Balaka aile Mokom et aile Ngaissona ainsi que des éléments de l’UPC d’Ali Darassa et de quelques éléments des Forces de défense et de sécurité qui seront tous représentés au sein du CTS et qui, dans le futur, participeront dans les unités spéciales mixtes de sécurité (USMS) prévues par l’Accord.

Ces évènements ont été malheureusement interprétés et relatés dans la presse et sur les réseaux sociaux de manière erronée. Notons que même si Ali Darassa est Conseiller spécial au cabinet de la Primature, il ne lui a pas été confié de rôle officiel sécuritaire pour la ville de Bambari. Conformément à  l’APPR-RCA, il a quitté la ville, suite aux évènements officiels du 15 avril.

Il faut situer clairement nos lecteurs que la sécurité de la ville de Bambari reste et restera sous la responsabilité des autorités nationales, avec le soutien de la MINUSCA. L’Accord de paix signé a prévu que les combattants des groupes armés signataires dudit accord seront placés sous le commandement des FACA. Le Gouvernement ainsi que les autres signataires de l’Accord partageront vulgariseront cet accord sur toute l’étendue du territoire national dans les jours à  venir en vue de permettre à  chaque partie de faire sa part de responsabilité.

Source : ABangui

Laisser un commentaire