Côte d’Ivoire  : destruction de 18 000 tonnes de riz avarié d’origine birmane

0
67
Avec une production actuelle estimée à quelque 700 000 tonnes de riz blanchi par an, la Côte d'Ivoire ne peut satisfaire qu'entre 40% et 50% de sa demande locale.

Le gouvernement ivoirien procédera dès le 16 avril à la destruction de 18 000 tonnes de riz avarié. D’origine Birmane, le riz a été débarqué au port d’Abidjan en mars dernier par le navire Ocean Princess. Il sera détruit au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen, à l’ouest d’Abidjan.

18 000 tonnes de riz avarié d’origine Birmane, en provenance d’Asie, seront détruites en Côte d’Ivoire à partir du 16 avril, a annoncé le ministre ivoirien du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME, Souleymane Diarrassouba. La cargaison de ce riz débarquée au port d’Abidjan du 11 au 18 mars par le navire Ocean Princess sera détruite au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen, à l’ouest d’Abidjan, selon un communiqué du gouvernement.

La cargaison a été saisie depuis bientôt un mois. «Le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME a procédé, le 30 mars dernier, à la saisie réelle et à la mise sous scellés, en vue de destruction, de la cargaison des 18.000 tonnes de riz d’origine birmane déchargée au Port autonome d’Abidjan du 11 au 18 mars 2019 par le navire Océan Princess, en provenance d’Asie », précise les services du ministère dans le communiqué.

Deux millions de tonnes de riz blanchi d’ici 2020

Ce riz jugé impropre à la consommation «sera détruit pour non-conformité à la norme ivoirienne-Codex Stan 198-1995 rendue d’application obligatoire par le décret n°2016-1152 du 28 décembre 2016». Les diligences requises en la matière étant faites, Souleymane Diarrassouba a informé «les populations et les associations de consommateurs du démarrage effectif de l’opération de destruction de ce stock de riz à compter de ce mardi 16 avril au Centre de valorisation et d’enfouissement technique de Kossihouen qui a ouvert ses portes récemment».

Lire aussi : Enquête : Parfum d’interdit à la Nouvelle Parfumerie Gandour de Côte d’Ivoire

Cette destruction intervient alors que la Côte d’Ivoire s’est engagée à augmenter la production nationale du riz à travers la création de l’Agence pour le développement de la filière riz (Aderiz) qui s’inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR) 2012-2020, adoptée en 2012. Le gouvernement ivoirien ambitionne à travers cette stratégie de faire passer de 1,4 million de tonnes en 2016 à 2 millions de tonnes, la production de riz blanchi, d’ici 2020.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire