Burkina-Turquie : opération séduction de Kaboré à Istanbul

0
70

Le président burkinabé vient de boucler une visite officielle de 72 heures en Turquie. Au menu de son séjour, la coopération, les investissements et les questions de défense et de sécurité. Des sujets que Roch Kaboré a évoqués avec son homologue turc Recep Erdogan lors d’un tête-à-tête dans l’après-midi du jeudi 11 avril à Ankara.

Le président Roch Marc Christian Kaboré s’est dit admiratif de la Turquie, à l’occasion de la visite de travail de trois jours qu’il vient d’effectuer à Istanbul et Ankara. Arrivé dans l’après-midi du mardi 9 avril à l’aéroport de la capitale économique turque, le chef de l’Etat burkinabé a bouclé son séjour par un entretien en tête à tête avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, au complexe présidentiel d’Ankara. «Nous admirons beaucoup la Turquie», a déclaré le président Kaboré qui a animé une conférence de presse avec son hôte à l’issue de leur entretien et d’une réunion de travail entre les délégations des deux pays.

Lire aussi : Erdogan le Turc, de retour sur le continent africain

Lors de la conférence de presse, le président turc, fidèle à sa rhétorique habituelle, a sévèrement critiqué le regard condescendant des pays occidentaux à l’égard de l’Afrique, tout en mettant en avant «la politique d’ouverture volontariste» de la Turquie en Afrique. «En tant que tenants d’une politique étrangère qui place en son centre l’humain, la justice et la solidarité, nous attachons une importance particulière à nos relations avec l’Afrique», a souligné le président Erdogan.

«Les attitudes discriminantes, interventionnistes et orgueilleuses à l’encontre les pays du continent africain n’ont pour nous aucune valeur. Nos amis africains sont plus qu’en capacité de produire des solutions à leurs problèmes dans le cadre de leurs valeurs, sensibilités et dynamiques», a déclaré le président turc, Recep Tayyip Erdogan.

Le président burkinabé qui a eu droit à une visite guidée du complexe présidentiel n’est pas reparti les mains vides d’Ankara. Recep Erdogan a en effet annoncé une aide de 5 millions de dollars à la force G5 Sahel, une force conjointe destinée à lutter contre les groupes terroristes et sécuriser la région, et que préside actuellement Roch Kaboré.  Les deux pays ont également examiné les perspectives de renforcement de la coopération entre les deux pays notamment dans les domaines économiques, commerciaux, ainsi qu’en matière d’investissements et des questions sécuritaires et militaires.

Forum d’affaires et investissements

Au cours de son séjour, le chef de l’Etat burkinabé a participé, mercredi 10 avril à Istanbul, au Forum d’affaires Turquie-Burkina Faso, organisé par le Conseil des relations économiques extérieures (DEIK). A cette occasion, il a fait part de sa volonté de profiter de l’expérience turque en matière de promotions des entreprises et surtout les PME. «La coopération est possible en se connaissant parfaitement l’un et l’autre», a poursuivi le président Kaboré, ajoutant que cette visite est très importante pour «l’approfondissement de la coopération économique et le renforcement des relations politiques bilatérales».

«Nous admirons beaucoup la Turquie. Les entrepreneurs turcs travaillent de manière proactive dans tous les domaines et progressent constamment. Le Burkina Faso soutiendra les hommes d’affaires turcs en matière d’économie et de commerce. Nous disposons d’une structure bancaire et financière très fiable et enracinée. Nous poursuivrons nos démarches réciproques pour le développement de notre coopération avec la Turquie», a fait savoir le président Roch Kaboré.

Le président du DEIK, Nail Olpak, a saisi l’occasion pour rappeler que son institution a mis en place 45 conseils d’affaires avec de pays africains. Malgré une présence de plus en plus influente de la Turquie en Afrique, il a souligné que «le niveau commercial n’est pas suffisant pour nous», ajoutant avoir constaté «des opportunités importantes pour nos entrepreneurs à moyen et long termes».

Lors du Forum qui a réuni plus de 500 hommes d’affaires des deux pays et beaucoup d’investisseurs turcs, le ministre burkinabé du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, a fait le point sur les relations bilatérales entre son pays et la Turquie. «Les relations bilatérales sont très bonnes et la Turquie est un centre important pour le Burkina Faso en matière d’exportations et d’importations. En 2017, nos importations en provenance de la Turquie sont estimées à plus de 60 millions de dollars. La Turquie est notre neuvième source d’importations et constitue 30% des importations de notre pays», a indiqué le ministre Kaboré qui s’est félicité des investissements des entrepreneurs turcs qui créent des emplois au Burkina Faso.

Il a ajouté que des réformes structurelles ont été mises en place pour faciliter le travail des PME, annonçant que les deux pays signeront un nouvel accord commercial bientôt, en plus de la tenue prochaine d’un forum d’affaires pour accueillir les entrepreneurs turcs au Burkina Faso. Le ministre Harouna Kaboré, qui a vanté les mérites du nouveau code d’investissements adopté par le gouvernement, a invité les hommes d’affaires turcs «à saisir les opportunités qui s’offrent à eux pour booster les échanges économiques gagnant-gagnant».

Lire aussi : Turquie-Afrique : Ankara veut s’affirmer en puissance montante sur le marché africain

Lors de son intervention, le président de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina, Mahamadi Savadogo, a indiqué que le volume commercial bilatéral avec la Turquie qui était de 50 millions de dollars en 2014 est passé à 90 millions de dollars actuellement. Toutefois, a-t-il a ajouté, « ils restent en deçà de nos potentialités respectives aux regards des potentialités de notre pays». Le président du Conseil d’Affaires Turquie-Burkina Faso, Ahmet Dal, qui a été auparavant reçu en audience par le président Roch Kaboré a fait de la volonté des hommes d’affaires turcs d’accroître possibilités leurs investissements au pays des hommes intègres. «Nous avons demandé au président du Faso de nous aider au niveau des investissements au Burkina Faso», a déclaré Ahmet Dal qui a promis «de faire son possible pour promouvoir des investissements turcs». A cette fin, il a émis le souhait de la mise en place d’instruments de facilitation et de protection.
Selon un communiqué de la présidence, la visite d’amitié et de travail du président du Faso a été marquée par la signature de plusieurs accords et de conventions dans plusieurs domaines stratégiques pour le pays. Elle s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre le Burkina Faso et la République de Turquie, qui a été formalisée en août 2006, avec la signature d’un accord général de coopération et la mise en place d’une commission mixte entre les deux pays.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire