L’attaque de la base du FDPC à  la Une de la presse

0
63
Attentat


Les journaux centrafricains, parus mardi, traitent principalement de l’attaque de la base du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) située à  Zoukombo par les Casques bleus de la Minusca mais aussi de l’arrestation d’un ancien maire du 3ème arrondissement de Bangui.

L’Agence Centrafricaine de la Presse (Acap) informe que « des Casques bleus de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) délogent des éléments armés du FDPC (Front démocratique du peuple centrafricain) à  Zoukombo ».

A en croire l’Acap, des Casques bleus de la Minusca ont lancé, vendredi dernier à  Zoukombo (ouest), une opération militaire visant à  libérer la voie menant vers la frontière entre la République centrafricaine et le Cameroun bloquée depuis le 3 mars dernier par des éléments armés du FDPC de Martin Koumtamadji alias Abdoulaye Miskine.

Pour L’Agora, les forces de la Minusca ont frappé les rebelles du FDPC. De son côté, Adrénaline Info relève que « l’entêtement du FDPC d’Abdoulaye Miskine lui a causé de lourdes pertes en matériel et en vies humaines ». En effet, d’après Centrafric Matin, « la base du FDPC à  Zoukombo (a été) pulvérisée et la patrouille du contingent camerounais attaquée sur le corridor Beloko-Garoua-Boulaï ».

Le Confident fait savoir que l’attaque des forces onusiennes dans le cadre de l’opération « coup de poing » contre le FDPC a fait « plus de 100 morts et plusieurs blessés ». De l’avis du journal La Fraternité, le FDPC a été attaqué à  cause de « la violation de l’accord de paix ».

Les quotidiens centrafricains se font aussi l’écho de l’arrestation de l’ancien maire de 3ème arrondissement. Corbeau News renseigne que Moussa Fadoul, chef d’une milice d’autodéfense armée au Km 5, « est tombé, samedi dernier, dans les filets de l’Office centrafricain de la répression du banditisme (OCRB) après avoir tenté de braquer un minibus de l’ONG DRC (Conseil danois pour les réfugiés) ».

Pour sa part, le site du Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH) rapporte que Moussa Fadoul va être fixé sur son sort durant la prochaine session criminelle de Bangui.

Source : ABangui

Laisser un commentaire