Des activités génératrices de revenus pour promouvoir la paix entre les populations de Kouki et de NANA-BAKASSA

0
87
Regina


Après 3 mois d’apprentissage aux métiers de saponification, de couture, de maçonnerie, de menuiserie et de soudure, 50 heureux bénéficiaires de la formation en Activités Génératrices de Revenus (AGR) de Kouki et de Nana-Bakassa, deux localités de la préfecture de l’Ouham (Centre de la RCA) ont reçu, le mercredi 3 avril 2019, leurs diplômes ainsi que leurs kits d’installation. Cela s’et passée au cours d’une cérémonie organisée à  la mairie de Nana-Bakassa, en présence des autorités locales.

Un moment de réjouissance chez les récipiendaires, à  l’image de leur porte-parole, Albert Ganazoui, qui a suivi une formation en menuiserie, et qui ne tarit pas de reconnaissance envers la MINUSCA. « Nous devons montrer que nous sommes capables de bien gérer ces kits et nous affirmer sur le plan professionnel de sorte que les partenaires puissent initier d’autres projets au bénéfice de la population », a-t-il plaidé, exhortant ses camarades à  utiliser à  bon escient le matériel reçu afin de motiver la mission à  poursuivre d’autres actions d’appui et de soutien à  la population, à  travers de tels projets.

Ces œuvres, financées à  hauteur de 14.947.282 F CFA entrent dans le cadre des projets à  impact rapide (QIPs) de la MINUSCA, qui visent à  promouvoir la paix, à  consolider la cohésion sociale et le vivre ensemble entre les différentes communautés, en facilitant la réinsertion socio-professionnelle.

Du côté des autorités locales, c’est la satisfaction et le soulagement. C’est le cas du sous-préfet de Nana-Bakassa, Jérôme Gouma, qui a confié que « Les femmes et les hommes de ma circonscription sont devenus maintenant de véritables artisans de la paix grâce à  la présence de la MINUSCA. La population n’aspire qu’à  la paix. C’est la preuve que ce que nous faisons ensemble n’est pas vain. Le rêve est donc devenu une réalité ».

Cependant, la circonscription de la Nana-Bakassa et de Kouki, comme beaucoup d’autres localités de la préfecture de l’Ouham, reviennent de loin. Beaucoup reste encore à  faire. Aussi, le sous-préfet a profité de l’occasion pour faire un plaidoyer pour la réhabilitation du marché central, la réalisation des forages et pour la venue des ONG dans ces zones, afin de redonner de l’espoir aux populations qui se sentent abandonnées. « La présence des ONG va redonner la vie à  cette sous-préfecture qui a longtemps souffert. Aidons aussi à  réhabiliter notre marché central. Cette population est capable de beaucoup de choses si elle est bien encadrée, car elle est attentive et battante »,a -t-il plaidé.

Rappelons que, en plus de ce projet de formation en AGR, les populations de Kouki et de Nana-Bakassa ont bénéficié du projet Londo (travail contre nourriture) et du programme de réduction des violences communautaires (CVR). Et cela, grâce leur engagement à  la paix, à  la réconciliation et au vivre ensemble depuis la signature de l’accord de paix et de sécurité entre les anciens combattants Anti-Balaka et Séléka de la localité, le 15 juin 2017.

Source : ABangui

Laisser un commentaire