Centrafrique : les cheveux des c recherchés dans les salons de coiffure

0
98
Soldats


Si l’engouement de la Russie en Centrafrique laisse entrevoir une porte ouverte aux intérêts économiques des mercenaires dans ce pays depuis plus d’un an, c’est au tour des Centrafricains, chercheurs de diamants dits « Nagbata », de s’intéresser aussi à  ces mercenaires russes qu’ils les qualifient des chanceux dans leur travail d’extractions de diamants. Récit.

Tout est parti d’une histoire à  dormir debout racontée par deux jeunes chercheurs de diamant de la ville de Nola de passage à  Berberati. D’après ces jeunes qui travaillent pour leur propre compte, un jour, ils sont reçus la visite de trois mercenaires russes venus les demander des renseignements sécuritaires de la ville. Peu de temps après leur arrivée, un s’est mis à  peigner, arranger ses longs cheveux. Et le soir, ils ont fait une découverte incroyable de diamant sur l’endroit que ses brins de ses cheveux y sont tombés.

Informés de l’histoire, les chercheurs de diamant de la ville de Berberati sont à  la recherche des brins de cheveux des Russes dans le pays. Des consignes avec argent liquide sont remises aux coiffeurs de ces deux villes afin qu’ils leur conservent les bris de cheveux de ces mercenaires russes s’ils passent se coiffer dans leurs salons.

D’après certains commerçants des sites diamantifères, des scènes démontrées par les femmes et enfants qui tamisent les cailloux et sables extraits des couches de terre où les diamants sont supposés se cacher sont atteintes, laissent carrément apparaître la présence des brins de cheveux de ces Russes dans leurs mains.

« Mamie, aide-moi, mamie, je veux voir ta puissance. Les brins des cheveux de vos enfants sont dans mes mains, aide-moi mamie », chantent les femmes et enfants qui tamisent pour retourner les sables dans la rivière et sélectionner les cailloux dégrossis.

Les Russes aiment les diamants, leurs organes aussi attirent les diamants.

Source : ABangui

Laisser un commentaire