Centrafrique : Grève des enseignants contractuels du fondamental 1 de Sibut

0
29
Elèves


Les enseignants contractuels de l’inspection académique de la préfecture de la Kémo sont depuis quelques semaines en grève pour le non-paiement de leurs frais de vacation depuis 6 mois.

Le mouvement de grève des enseignants contractuels s’est aujourd’hui généralisé dans presque toutes les inspections académiques du pays. Plus particulièrement dans la préfecture de la Kémo dont les 34 enseignants du fondamental 1 de Sibut sont depuis en grève et réclament du gouvernement le payement des arriérés des frais de vacation.

L’un des grévistes nous indique qu’ils éprouvent des difficultés à  faire face aux obligations familiales, « C’est grâce à  ce que nous percevons le mois que nous parvenons à  porter la charge de la famille et à  payer le loyer dans une ville où nous n’avons aucun parent », s’est-il plaint.

Un autre poursuit en disant qu’ils sont mal habillés et même incapables d’acheter un morceau de savon pour faire la lessive. « La charité bien ordonnée commence par soi-même ce qui veut dire que nous devons refléter ce que nous enseignants ; je voudrais parler ici des leçons d’hygiène que nous enseignons aux élèves », a-t-il dit.

Quant à  Thomas Mboïmate, inspecteur académique du centre, cette situation s’est presque généralisée mais des solutions sont en train d’être trouvées par les autorités en charge de l’éducation. « C’est une situation qui ne se limite pas qu’à  notre inspection. Elle est presque générale. Mais pour ma zone de juridiction, je puis vous affirmer que les cours évoluent timidement pour la simple raison que la plupart des salles de classes du fondamental 1 sont tenus par ces enseignants contractuels. Nous avons déjà  informé la hiérarchie de cette situation et la promesse nous a été faite que des solutions y relatives seront trouvées d’ici peu », a indiqué Thomas Mboïmate au RJDH.

Il faut aussi rappeler que le Centre Pédagogique Régional (CPR) de la Vakaga a été délocalisé dans la préfecture de la Kémo depuis le déclenchement des crises militaro-politiques qui ont durement affecté le pays. Il convient de préciser qu’aujourd’hui que dans des établissements publics, l’on note une absence criarde d’enseignants due à  cette grève.

Source : ABangui

Laisser un commentaire