Le lieutenant Abdoulaye Seck ou le bon élève des opérations de la paix

0
57


Il pose, attitude fière et regard impassible, béret bleu vissé sur le crane, en compagnie des hommes de son peloton. Le lieutenant Abdoulaye Seck fait partie de l’Unite sénégalaise de protection rapprochée qui a reçu en cette matinée du 4 avril une distinction pour contribution aux effort de paix et de stabilité en RCA. En ce jour de fete nationale senegalaise, les gendarmes posent en attendant les autorités venues assister à  l’événement, Ismael Lo jouant en fond sonore. 10span5: le President de l’Assemblée nationale, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la MINUSCA, Mankeur Ndiaye, le Général de Corps d’Armée, Balla Keita, commandant de la Force, le Général de division, Pascal Champion, chef de la composante police, sont arrivés, la cérémonie peut commencer.

Dans son intervention, le Chef de la MINUSCA salue le contingent sénégalais qui “accomplit son devoir avec professionalisme, humilité et bravoure nonobstant les risques du métierâ€�. Au nombre de 139, les membres de cette unité d’élite, composée d’éléments du groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), ont la charge de la securite rapprochée du président de l’Assemblee nationale et des sept membres de la Cour pénale spéciale, mais aussi celle de hautes personnalites nationales et internationales, ainsi que celle d’escorter des délégations en visite à  Bangui, d’assurer le transfert de detenus en provenance des régions, d’escorter des fonds…. comme l’explique le Lieutenant-Colonel Ndour, en charge du contingent.

Ce dernier ne tarit pas d’eloges à  l’égard de son protégé. “Le Lieutenant Seck est impresionant. Il est très professionel et a démontré ses qualités lors de ces sept mois que l’on a passés ensemble à  Bangui. Et notamment son engagement, son esprit diplomate, un sens élevé du devoir, de l’abnegation et du dévouement accompagné d’une discipline très forteâ€�.

Les 35 hommes sous les ordres du Lieutenant Seck ne sont pas en reste et lui trouvent, pour seul défaut, de faire trop bien les choses. Du haut de ses 36 ans, et alors que c’est sa première mission sous la bannière des Nations Unies et en dehors de son pays, Abdoulaye est la figure montante du contingent. Né à  Rufisque, à  quelque 30 kilometres de Dakar, il est, à  l’image du Sénégal, un bon élève des opérations de paix.

Et comme le rappelait le chef de la MINUSCA dans son discours, le pays de la Teranga compte parmi les nations pionnières des opérations onusiennes. Le pays s’y est, en effet, engagé dès 1960 au Zaïre d’alors et est aujourd’hui le 7e contributeur de troupes dans le monde, le 3e en Afrique et le 1er en Afrique de l’Ouest. Le Sénégal est ainsi présent dans six missions de paix: en Gambie, au Mali, en Haiti, au RDC, au Darfour et, depuis 2015, en RCA.

Logé avec ses hommes dans la caserne sise ex-camp Badica avec un contingent camerounais, le Lieutenant ne semble pas être dépaysé, entre autres grâce aux liens qu’entretiennent le Sénégal et la Centrafrique. “La coopération avec les FACA (forces armées centrafricaines) se passe très bien: nous sommes au service de la population, nous sommes là  pour les aider, pour les soutenir en tant que frères et soeursâ€� ajoute encore Abdoulaye Seck. Des propos repris par le Colonel Ndour qui explique que trois des officiers centrafricains avec lesquels il interragit au jour le jour ont été formés au Sénégal, à  l’ecole de gendarmerie de Dakar.

Au depart de ce contingent en aout de cette année, les gendarmes de la PSU ne seront pas remplacés. Les Centrafricains reprendront en main les missions de securite rapprochée, après avoir été formés, depuis quatre ans, par la PSU et des policiers individuels sénégalais au sein de la MINUSCA.

Source : ABangui

Laisser un commentaire