La fragilité économique des pays de l’Afrique centrale inquiète la BAD

0
85

La Banque africaine de développement (BAD) s’est montrée très inquiète par la «fragilité de l’Afrique centrale, caractérisée par un contexte sécuritaire volatile et une instabilité politique». C’était lors de la présentation de l’édition 2019 des rapports sur les perspectives économiques en Afrique.

La Banque africaine de développement (BAD) a procédé, mercredi dernier au Cameroun, au lancement de l’édition 2019 des rapports sur les perspectives économiques régionales, en Afrique centrale (PER). A cette occasion, elle s’est dite préoccupée par la fragilité de l’Afrique centrale. Une fragilité qui, selon elle, «est caractérisée par un contexte sécuritaire volatile et une instabilité politique, résultant de l’éclatement de plusieurs conflits multiformes, notamment pour le contrôle des richesses naturelles».

« Ces conflits ont été exacerbés par la faible capacité des Etats à faire face aux problèmes d’insécurité et de reconstruction, le niveau élevé de pauvreté des populations et le déficit de gouvernance », déplore l’institution financière.

Ledit rapport qui souligne les perspectives économiques régionales indique, qu’en 2018, la région Afrique centrale a connu une hausse de la croissance, avec un taux moyen de 2,2% contre 1,1% en 2017.  Cette croissance, ajoute-t-elle, «a été principalement soutenue par la revalorisation des prix des matières premières, principalement le pétrole».

Les recommandations de la BAD

Le ministre camerounais chargé du Plan et gouverneur de la Banque, Paul Tasong qui a assuré la présidence de cette rencontre, a félicité la BAD pour ses rapports mettant en évidence les défis économiques et sociaux à relever en Afrique centrale, et formulant des recommandations pour améliorer les performances de la région.

Ces recommandations s’articulent autour de plusieurs piliers. La BAD invite les pays de l’Afrique centrale à accélérer la diversification économique de leurs Etats pour réduire la fragilité induite par les chocs exogènes et de développer le système financier pour promouvoir la finance inclusive et l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Une initiative qui leur permettrait d’être beaucoup plus « résilients ».

Pour cette année, le rapport sur les perspectives économiques régionales de la BAD a mis l’accent sur le rôle de l’intégration dans la réduction des facteurs fragilité, à travers la transformation structurelle des économies de l’Afrique centrale. « Une intégration régionale effective en Afrique permettrait de stimuler l’essor des marchés nationaux au niveau continental, d’accroitre les flux commerciaux et d’investissements, d’atténuer les déficiences institutionnelles et infrastructurelles et d’impulser une transformation structurelle», a déclaré Ferdinand Bakoup, directeur du département économies-pays à la Banque.

Pour sa part, Hervé Lohoues, économiste régional en chef pour l’Afrique centrale, a souligné que les perspectives de croissance prévoient des hausses du PIB réel de 3,6% en 2019 et 3,5%, en 2020.

« Pour la réalisation de ces projections, la région dispose d’opportunités dont elle pourrait profiter, notamment la croissance de l’économie mondiale, la hausse des prix du pétrole, les réformes macroéconomiques engagées dans les pays de la région et ses richesses naturelles », a-t-il indiqué.

En revanche, ajoute-t-il, la région devra aussi relever certains défis, entre autres, la situation sécuritaire, le besoin de diversification des économies, l’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que le développement du capital humain.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire