Cameroun : la BAD veux rehausser la part du privé dans ses financements

0
107

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé dimanche avoir investi plus de 1000 milliards de francs CFA au Cameroun, soit 1,7 milliard de dollars, dans plusieurs secteurs, pour un total de 25 projets.

La Banque africaine de développement a rencontré les opérateurs camerounais lors du séminaire sur la promotion et le financement du secteur privé au Cameroun qu’elle a organisé du 28 au 29 mars à Douala. Ce séminaire a réuni des acteurs du secteur privé, des chefs d’entreprises, des cadres de banques, des membres de la société civile, des experts de la Banque africaine de développement ainsi que différents partenaires au développement basés au Cameroun.

Lire aussi : Le Maroc réaffirme son engagement contre l’obscurantisme à l’occasion de la visite papale

Centré sur la promotion et le financement du secteur privé au Cameroun, ce séminaire a été l’occasion pour la BAD d’afficher sa volonté d’augmenter ses financements au secteur privé camerounais. Depuis 1972, elle a investi plus de 1000 milliards au Cameroun, pour un total de 25 projets. Toutefois, ses engagements en faveur du secteur privé reste faible, ne représentant qu’environ 11%. Une situation qui inquiète la Banque et qui la pousse à vouloir changer cette donne.

« Nous pensons que cette situation constitue un paradoxe. En effet, la banque dispose d’instruments de financement dédiés au secteur privé. Malheureusement, ces instruments ont été relativement peu déployés au Cameroun », regrette Solomane Kone, le responsable pays de la BAD au Cameroun.

Selon lui, la BAD possède des expériences probantes de développement du secteur privé, mais souligne que « la problématique qui se pose, au regard des enjeux, c’est de changer d’échelle en Afrique centrale et d’aller plus loin ».

C’est dans cette perspective, précise-t-il, qu’intervient ce séminaire qui, à l’en croire, vise à « rapprocher les deux partenaires – la Banque africaine de développement et le secteur privé camerounais – dans un souci d’échange d’informations pour changer de paradigme ».

La part du privé minoritaire en Afrique centrale

Pour sa part, le directeur général région Afrique centrale de la BAD, Ousmane Dore, a déclaré que « cette rencontre avec les milieux d’affaires camerounais, a pour objectif de promouvoir un secteur privé compétitif et dynamique tant au plan national que régional ».

« L’ambition de la Banque africaine de développement est de changer de cap. Preuve en est avec cet événement régional. Nous commençons par le Cameroun pour son potentiel et son rôle de locomotive pour la sous-région », a-t-il fait savoir.

Rappelant « qu’en 2018, les opérations approuvées pour le secteur privé ont atteint près de 23% dont seulement 3% pour l’Afrique centrale contre plus de 39% pour les autres pays du continent », il a souligné « la nécessité d’accroître le nombre et le volume des opérations relevant du secteur privé en Afrique centrale ».

Lire aussi : AGR Africa Bond Index, le nouvel indice pour scruter le marché africain

Notons que la coopération entre la BAD et le Cameroun s’articule autour de la stratégie d’intervention-pays, qui accompagne la stratégie de développement du pays dans le cadre du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE). « Dans cette dynamique, et au plan institutionnel, la Banque dispose d’une stratégie de développement du secteur privé, qu’il convient de déployer en allant plus loin dans la mobilisation des ressources des secteurs public et privé pour une mise en œuvre effective des High5 », a plaidé Solomane Kone,

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire