Centrafrique : une vague de nomination pour la mise en œuvre de l’accord de paix

0
116
Le


Dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de paix signé entre le gouvernement et les groupes armés, le président Faustin Archange Touadera a pris une décision historique en nommant des chefs et représentants des groupes armés à  la primature et à  la présidence pour sauver la paix et faciliter le désarmement des rebelles.

C’est une décision courageuse comme observent plusieurs Centrafricains qui aspirent à  la paix dans ce pays, plongé dans les violences depuis fin 2012, malgré l’intervention des forces françaises de la Sangaris, des forces africaines et des onusiennes. Les rebelles continuent de dicter leurs lois alors que l’armée nationale, avec l’appui des instructeurs russes reprend petit à  petit le contrôle du territoire.

C’est dans ce contexte que le dialogue a été organisé à  Khartoum par l’Union africaine afin de désamorcer la crise et faciliter le retour à  la paix et la réconciliation nationale. Pour la mise en œuvre de cet accord, le chef de l’Etat s’est engagé à  mettre en place un gouvernement inclusif avec la présence des représentants des groupes armés qui sont finalement 12 dans un gouvernement de 39 ministres.

Après la mise en place du gouvernement, le chef de l’Etat s’est attelé à  renforcer son cabinet et celui du Premier ministre Firmin Ngrebada. A la présidence, trois décrets ont été signés par le chef de l’Etat Faustin Archange Touadera. Le premier qui porte le N°19.089 nomme l’ancien Premier-ministre Simplice Mathieu Sarandji, ministre d’Etat, Conseiller spécial à  la présidence de la République. Le second qui porte le N°19.090 nomme Madame Senga née Renazou Diane Prisca comme conseillère en matière de Genre et des Affaires Sociales à  la présidence de la République.

Le troisième texte nomme des personnalités au Cabinet de la présidence de la République. Le coordonnateur politique du mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC) de Mahamat Alkatim, Aboulkassim Algoni est nommé ministre conseiller spécial, suivi du ministre conseiller en matière de l’éducation nationale monsieur André Le Gaillard Ringui du FDPC d’Abdoulaye Miskine leader du mouvement FDPC. Adamou Idriss de l’UPC est nommé ministre conseiller en matière d’Elevage.Aux rangs des conseillers spéciaux figurent Joachim Kokaté du mouvement Anti-Balaka.

Trois chargés des missions sont aussi nommés notamment le chargé de mission en matière de l’Hydraulique et de l’Energie Renouvelable Amadou Tanga, le chargé de mission en matière de l’action humanitaire AscainNzengueLanda, président de l’Association Nouvelle République, une association politique proche du pouvoir et le chargé de mission à  la promotion des Petites et Moyennes Entreprises Kalite Deya.

Des chefs rebelles entrent au cabinet du Premier ministre

Suite au décret N°19.074 du 24 mars 2019, portant nomination de certaines personnalités au cabinet de la primature, le président centrafricain Faustin Archange Touadera et le premier ministre Firmin Ngrebada ont aussi nommé d’autres représentants et chefs rebelles au cabinet du premier-ministre.

Selon ce décret, Clarisse Sayo (FDPC) et Hassan Bouba (UPC) sont nommés ministres Conseillers spéciaux à  la primature. Jean de Dieu Ngaissona du mouvement Anti-Balaka est alors nommé ministre conseiller.

Aux postes des Conseillers spéciaux, AmadamaChaibou est nommé conseiller spécial, chargé des relations avec le monde arabe.

Trois Conseillers militaires sont en charge des unités spéciales mixtes de sécurité notamment Bi Sidi Souleymane alias Sikidi du mouvement 3R qui s’occupe de la zone Nord-Ouest, Mahamat Alkatim leader du MPCdu Centre-nord et Ali Darassa leader de l’UPCs’occupe de la zone Nord-est.

Deux conseillers figurent dans la liste notamment Ghislain Bria qui se charge des unités mixtes de sécurité et Amlas Aroun en charge du développement du commerce.

Trois chargés de mission sont aussi connus dans ce décret. Simon Pierre PassiIngam devient chargé de mission pour la promotion des petites et moyennes entreprise, Thierry Cyprien Mpondo, chargé de mission en matière de l’action humanitaire et Adriss Amadou Lamoum, chargé de mission en matière de l’hydraulique et de l’énergie renouvelable.

Selon ce décret, les conseillers spéciaux ont rang et prérogatives des ministres délégués.

Au niveau du ministère de DDRR, deux représentants des groupes armés sont aussi nommés aux postes de responsabilité. Béranger Igor Ludovic Lamaka, porte-parole des Anti-Balaka devient chargé de mission en matière de démobilisation et Dieu Béni Christian GbeyaKikobet est alors chargé de mission de contrôle des armes légères de petits calibres.

Un remaniement technique s’est aussi opéré au niveau des préfectures et sous-préfectures. Marcel Bagaza du FDPC d’Abdoulaye Miskine est préfet de la Nana-Mambéré. Plusieurs représentants des groupes armés sont sous-préfets à  Koui, Kaga-Bandoro, ABA, Mongoumba et Ouadda.

Ces nominations interviennent dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de paix signé entre le gouvernement et les 14 groupes armés du pays le 6 février 2019 après un long processus porté par l’Union africaine avec l’appui de l’ONU et de la Russie.

Source : ABangui

Laisser un commentaire