Centrafrique : qui sont les rebelles du gouvernement NGRÉBADA ?

0
132
Obed


Rendu public le vendredi 22 mars 2019, le nouveau gouvernement du Premier ministre Firmin NGRÉBADA issu de la nouvelle entente d’Addis Abeba du 20 mars est déjà  contesté, non pas par l’ensemble des groupes armés, mais par la société civile et la classe politique qui regrette son caractère véritablement inclusif.

Composé de 39 membres, ce gouvernement dit de partage de gâteau compte au moins 12 représentants des groupes armés qui sont :

1 – Ministre des Eaux, Forêts, Chasses et Pêches : Monsieur Amine Idriss (FPRC) ;

2 – Ministre des Travaux publics et de l’entretien routier : Monsieur Guismala AMZA (FPRC, Directeur de cabinet de Noureidine Adam) ;

3 – Ministre des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Artisanat et du Secteur informel : Monsieur Maouloud MOUSSA TERAB (FPRC) ;

4 – Ministre de l’Enseignement technique et de l’alphabétisation : Monsieur Souleymane DAOUDA (UPC) ;

5 – Ministre de l’Élevage et de la Santé animale : Monsieur Amadou Bi ALIOU (UPC, nationalité tchadienne proche de Baba Laddé) ;

6 – Ministre de l’Énergie et de l’hydraulique : Monsieur Gontran DJONO AHABA (RPRC) ;

7 – Ministre chargé du Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement : Monsieur Maxime MOKOM (Anti-Balaka) ;

8 – Ministre des Transports et de l’aviation civile : Monsieur Arnaud DJOUBAY ABAZEN(pour le compte de Djotodia) ;

9 – Ministre de Commerce et de l’Industrie : Monsieur Mahamat Taib YACOUB (MPC) ;

10 – Ministre délégué auprès du ministre de l’administration du Territoire et de la décentralisation, chargé du Développement local : Monsieur Issa Bi AMADOU (MPC) ;

11 – Ministre des Arts, de la Culture et du Tourisme : Monsieur Dieudonné NDOMATÉ ;

12 – Ministre de la Modernisation de l’Administration et de l’innovation du Service public : Monsieur Martin KOUNTAMANDJI.

D’après l’entente de Khartoum signée par le gouvernement et les groupes armés, d’autres rebelles vont être nommés au cabinet du Président Faustin Archange TOUADERA, à  la primature et dans les préfectures…

Source : ABangui

Laisser un commentaire