Cyclone Idai : le bilan pourrait dépasser le millier de morts

0
111

«Un véritable désastre humanitaire!». Lorsqu’il finit de survoler les zones sinistrées après le passage du cyclone Idai, Filipe Nyusi, le président mozambicain tire la sonnette d’alarme. A côté du Zimbabwe, du Malawi, son pays, le Mozambique est le plus touché. Le bilan pourrait s’alourdir pour dépasser le millier de morts. Et les nuages qui s’amoncellent pour annoncer des « risques de pluies» dans les prochains jours pourraient rendre les opérations de secours particulièrement difficiles.

C’est à partir du jeudi 14 mars au soir que le cyclone a atteint les côtes du Mozambique. Signe de la portée et de la violence du cyclone devenu une tempête tropicale baptisée «Idai», sa folle course s’est poursuivie tout le week-end pour atteindre le Zimbabwe et le Malawi, également frappés. Et le bilan (encore provisoire) est particulièrement lourd, selon les premières informations distillées depuis ce dimanche au soir.

Bilan provisoire : 215 morts au Mozambique, Zimbabwe et Malawi

Selon les premiers chiffres disponibles, le cyclone Idai a dévasté des régions entières en Afrique australe. Citant la Croix Rouge, l’Associated Press fait état dans les trois pays touchés d’un bilan de «plus de 215 personnes [qui] ont tuées par la tempête, des centaines d’autres sont portées disparues et plus de 1,5 million de personnes (…) touchées par les destructions massives».

Au Zimbabwe que le cyclone a atteint ce samedi 16 mars, le bilan fait état de 89 morts, de plusieurs infrastructures endommagées notamment des ponts, des routes, des écoles et des hôpitaux. Dans le détail, il s’agit de «86 (morts) dans la région des Eastern Highlands, deux à Masvingo et une dans le Mashonaland est», a déclaré Nick Mangwana, le porte-parole du gouvernement du Zimbabwe où le président a décrété l’état de catastrophe.

Les pluies diluviennes qui s’abattent au Malawi depuis le week-end précédent n’ont fait qu’accentuer les dégâts et les pertes en vies humaines, lorsqu’Idai a atteint la partie sud du pays. On dénombre plus de 49 morts sans compter les bâtiments emportés dans les intempéries particulièrement dévastatrices, selon un bilan qui reste encore à actualiser.

Un bilan qui pourrait monter à plus de 1000 morts

Les images aériennes sont particulièrement impressionnantes de désolation au Mozambique, pays le plus touché par le cyclone. Plus de « 90 % » de Beira, ville portuaire de 500.000 habitants, a été endommagée ou détruite, selon la Croix Rouge. Entre les barrages qui cédé et les ponts qui ont été détruits, les images des villes mozambicaines sont devenues fantômes, submergées par les eaux, jonchées d’arbres et d’éclats de verre. Le pays pleure ses 89 morts, selon un bilan provisoire dont on craint un alourdissement.

« Quand on a survolé la zone tôt ce matin (…) pour comprendre ce qui se passe, tout laisse à penser que le bilan pourrait dépasser les 1.000 morts», faisait savoir Filipe Nyusi, le président mozambicain, revenu d’une tournée de survol aérien du pays. En plus de La Croix Rouge, l’ONU a mobilisé ses services pour appuyer des opérations de secours et d’acheminement de l’aide humanitaire qui risquent d’être particulièrement difficiles.

 Précédé par des fortes pluies, le cyclone Idai, devenue une tempête tropicale avec des vents atteignant les 170 km/h, a touché jeudi soir les côtes mozambicaines avant de se prolonger vers le Zimbabwe et le Malawi voisins. Pourtant, les premières informations ne sont parvenues que dimanche au soir, d’abord via les réseaux sociaux, puis via la Croix Rouge. L’ampleur des dégâts pourraient compliquer les opérations de secours tout comme le ciel menaçant qui accumule des nuages de pluies.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire