Algérie : l’Union africaine appelle au dialogue et félicite Bouteflika

0
116
Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA.

L’Union africaine a réagi à la situation politique qui prévaut en Algérie avec la poursuite des manifestations populaires contre le régime d’Abdelaziz Bouteflika. Dans un communiqué, le président de la Commission Moussa Faki Mahamat, a félicité le chef de l’Etat algérien pour les mesures qu’il a annoncé, et appeler au dialogue enfin de mener les réformes proposées par Bouteflika.

L’Union africaine (UA) donne de la voie dans la situation politique que vit depuis quelques jours l’Algérie avec la poursuite des manifestations de protestations contre un prolongement du séjour d’Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Etat. Dans un communiqué en date du samedi 16 mars, le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a annoncé que l’organisation panafricaine «suit de près», les développements en cours en Algérie.

«Le président de la Commission se félicite du caractère pacifique des manifestations, qui témoigne d’une grande maturité et d’un esprit élevé de responsabilité de la part du peuple algérien et de tous les acteurs concernés», lit-on dans le communiqué. Moussa

Faki Mahamat s’est également félicité des décisions annoncées le 11 mars par le président Abdelaziz Bouteflika dans son plan en sept points, «en particulier sa décision de ne pas se porter candidat à l’élection présidentielle . Le président de la commission a par ailleurs lancé «un appel au dialogue national pour la réalisation du nécessaire consensus pour la mise en œuvre diligente de ces réformes dans la paix, la stabilité et la continuité de l’Etat».

«Le président de la Commission exprime la pleine solidarité de l’Union africaine avec l’Algérie en cette phase particulière de son histoire. Il est convaincu que le peuple algérien trouvera, en lui-même, les ressources nécessaires pour relever les défis de l’heure et jeter les bases du renouveau national souhaité», souligné le communiqué de l’UA.

Lire aussi : Abdelaziz Bouteflika :  «Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi»

Poursuite des manifestations

La sortie médiatique de l’UA est intervenue alors que se poursuivent toujours les manifestations de protestations contre le régime de Bouteflika. Vendredi 15 mars, des centaines de milliers de manifestants ont envahi les artères dans plusieurs villes du pays notamment à Alger, Oran, Tizi Ouzou, Constantine ou Annaba. C’est le quatrième «vendredi de la colère» et surtout le premier après le discours du président Bouteflika de ne pas solliciter un 5e mandat, mais de reporter l’élection présidentielle du 19 avril prochain. Une annonce qui n’a pas convaincu les protestataires au regard de la mobilisation du dernier vendredi, qui vient comme une réponse de fin de non-recevoir aux réformes promises par Bouteflika. Les manifestants ne réclament que le départ du président et la fin du système politique, afin d’ouvrir une nouvelle page de l’histoire de leur pays.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire