Zimbabwe : dévaluation en vue de la nouvelle monnaie locale

0
71
Au Zimbabwe, la valeur de la nouvelle monnaie locale a été fixée à un taux de change de 2,5 RTGS par dollar américain. (Illustration)

Au Zimbabwe, les autorités préparent les esprits à la dévaluation de la nouvelle monnaie. Selon le gouverneur de la banque centrale du pays qui s’est exprimé ce lundi 11 mars, le taux de change de la nouvelle monnaie de transition ne devrait plus s’établir à 2,5 par dollar américain dans les prochaines semaines.

Le Zimbabwe vit des heures difficiles. Dans une déclaration à la presse, John Mangudya, gouverneur de la Banque centrale du Zimbabwe a annoncé, en filigrane, une dévaluation de la nouvelle monnaie locale, le dollar RTGS. Confronté à une pénurie de dollars, le Zimbabwe peine à s’approvisionner en produits de première nécessité comme le carburant, les médicaments et la nourriture. Un frein supplémentaire pour le pays qui tarde à se relever du règne l’ancien président Robert Mugabe, déchu par un coup d’État en 2017.

Lire aussi : Zimbabwe : le professeur Mthuli Ncube, un économiste chevronné au chevet d’une économie mal en point

La Banque centrale a d’ailleurs annulé, le mois dernier, son ancrage à une valeur fixe au dollar pour les obligations de substitution et au dollar électronique. Elle a fusionné le tout dans une devise de transition de valeur inférieure appelée le dollar RTGS. La valeur de cette monnaie a été fixée à un taux de change de 2,5 RTGS le dollar américain. Face à l’imminence d’une nouvelle dévaluation de la monnaie locale, la plupart des particuliers vendent leur billet vert au marché noir, où 1 dollar américain s’échange actuellement à 3,8 dollars RTGS, alors que les entreprises préfèrent conserver leurs dollars en attendant que le taux du RTGS s’affaiblisse davantage.

Réglementation de l’accès aux devises

La Banque centrale zimbabwéenne table ainsi sur une évolution du taux de change officiel à la suite de l’ouverture aux enchères de la production de tabac, qui constitue la deuxième source de devise pour le pays après le secteur minier. Pour une meilleure régulation de l’accès aux devises, le gouvernement fixe des règles stipulant que les exportateurs de produits pourvoyeurs de devises comme les miniers et les producteurs de tabac, perçoivent 50% de leurs revenus en devises locales (RTGS) au taux de change officiel, et l’autre tranche est déposée dans leur compte en devises et doit être vendue dans un délai de 30 jours. Une méthode critiquée qui devrait être révisée prochainement, selon le directeur de la Banque centrale.

Lire aussi : Le Zimbabwe solde une partie de ses arriérés auprès des créanciers internationaux

Selon Mangudya, une forte dévaluation de la monnaie et une augmentation des salaires des fonctionnaires est à exclure, car elles seraient à l’origine d’une hausse supplémentaire de l’inflation. Le pays, qui a déclaré la semaine dernière que sa Banque centrale a emprunté 985 millions de dollars auprès de banques panafricaines, s’attend à une baisse de l’inflation à un niveau compris entre 10% à 15%, d’ici fin 2019.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire